Fécondité en Europe : la France en tête du palmarès

Article Par Olivier Giacotto / Pourquoi Docteur, le

Les Françaises continuaient de posséder en 2015 le meilleur taux de fécondité au sein de l'Union européenne, selon des chiffres diffusés mercredi par l'Eurostat.

Fécondité en Europe : la France en tête du palmarès

Dans l’ensemble, l'indicateur de fécondité dans l’UE a augmenté entre 2001 et 2015 / Crédits : Chameleons Eye/REX/REX/SIPA

En 2015, 5,103 millions de bébés sont nés au sein de l’Union européenne (UE), selon des chiffres diffusés mercredi par l'Office européen des statistiques (Eurostat). Et en tête de ce palmarès, on trouve une nouvelle fois la France. L'Hexagone a enregistré cette année-là le nombre le plus élevé de naissances (799 700), devant le Royaume-Uni (776 700), l’Allemagne (737 600), l’Italie (485 800), l’Espagne (418 400) et la Pologne (369 300).

En moyenne dans l’UE, les femmes qui ont donné naissance à leur premier enfant en 2015 avaient presque 29 ans. Les Bulgares sont les plus jeunes mères, les plus âgées habitent l'Italie.

Un indicateur de fécondité en hausse

Dans l’ensemble, l'indicateur de fécondité dans l’UE a augmenté entre 2001 et 2015, passant de 1,46 à 1,58. Il variait de 1,31 au Portugal à 1,96 en France en 2015. Ce chiffre européen est toutefois inférieur à celui du niveau de renouvellement de la population dans les pays développés (2,1), c'est-à-dire le nombre moyen de naissances par femme nécessaire pour maintenir constante la taille de la population en l'absence de toute migration.

Mais pour la France, cela correspond surtout à « une baisse de la natalité dans le pays », explique le chercheur Gilles Pison, professeur au Muséum national d'histoire naturelle, dans une note diffusée par l'Institut national d'études démographiques (Ined).

En France métropolitaine, entre 2014 et 2016, le nombre de femmes en âge d’avoir des enfants a reculé de 1 % et leur nombre moyen d’enfants (ou indicateur conjoncturel de fécondité) de 4 % : il est passé de 1,97 à 1,89, précise l'Institut. « Ces deux facteurs réunis ont entraîné une chute de 5 % du nombre total de naissances », rapporte le chercheur.

Article original publié sur le site Pourquoi Docteur.

Article précédent

Smartphones : quand la musique casse les oreilles des ados

Trop de musique et surtout trop fort. 30 % des jeunes prennent des risques avec leur smartphone.

Article suivant

Le manque de sommeil réduit la matière grise des ados

Dormir et se coucher tard entraîne une diminution du volume de matière grise du cerveau des adolescents, selon une étude de l'Inserm.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.