Les médecins se soignent mal

Article Par Antoine Costa / Pourquoi Docteur, le

Le Collège Français des anesthésistes-réanimateurs lance une campagne pour inciter les médecins à se faire suivre par un professionnel de santé.

Les médecins se soignent mal

Visuel de la campagne

On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés. Et les médecins les plus mal soignés ? C’est ce que suggère le Collège Français des anesthésistes-réanimateurs (CFAR). Il lance, ce 31 mars, une campagne destinée à tous les professionnels de santé. Et les invite à trouver un médecin traitant. Car ceux qui nous soignent ont la mauvaise habitude de se tourner vers l’automédication.

Le slogan ne brille pas par son originalité, mais il est efficace : « Dis, doc, t’as ton doc ? » L’interrogation est justifiée : 80 % des praticiens ne disposent pas d’un médecin traitant – tout comme 41 % des internes et jeunes médecins. L’objectif du CFAR, atteindre 100 % de suivi pour ces professionnels de la santé.

60 % d’auto-prescriptions

Car nos soignants ne sont pas des surhommes, eux aussi tombent malades. Mais lorsque c’est le cas, ils privilégient l’autodiagnostic et l’automédication. Une habitude pas forcément recommandable. En effet, faut-il le rappeler, 12 à 16 % des internes ont déjà eu des pensées suicidaires et un professionnel en exercice sur deux se dit en burn-out. Un mal-être qui retentit sur les prescriptions. Sans compter que, selon la Drees, 60 % des antidépresseurs consommés dans la profession sont auto-prescrits.

S’y ajoute une santé physique qui laisse souvent à désirer. L’étude de la Drees, publiée en 2010, signale que 30 % des généralistes déclarent une maladie chronique au moins. Ils sont toutefois plus sérieux sur le plan de la prévention et des comportements à risque. Par exemple, les dangers de la cigarette sont mieux assimilés. 
À l’inverse, la consommation de psychotropes se rapproche de celle en population générale. Rien d’étonnant à cela : fatigue, stress et manque de sommeil sont des troubles fréquents chez nos soignants.

Article original publié sur Pourquoi Docteur.

Article précédent

Troubles bipolaires : une campagne pour se mettre dans la peau d'un patient

La Fondation FondaMental propose une expérience immersive unique qui permet de mieux comprendre le quotidien des personnes atteintes de troubles bipolaires.

Article suivant

Jacques Guillot, DRH Groupe, interviewé sur BFM Business

2300 postes en CDI sont à pourvoir cette année dans toute la France

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.