Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

L’hypnose en milieu médical

Article le

Un pas en avant à la Clinique du Landy.

L’hypnose en milieu médical

Qu’est-ce que l’hypnose en milieu médical ?

L’hypnose en milieu médical ne doit pas être considérée comme ces clichés théâtraux que l’on peut voir à la télévision ou au cinéma. Il s’agit aujourd’hui de considérer l’hypnose comme un mode de relation avec le patient qui s’avère bénéfique pour soulager ses douleurs et prévenir son appréhension peropératoire.

Contrairement à une idée reçue, l’hypnose n’est pas un état de sommeil, mais un état modifié de conscience. C’est un état de veille particulier, naturel, dans lequel l’esprit est conscient mais distrait.

Avec quels outils ?

Cette technique de communication utilise des outils relationnels et linguistiques de focalisation et de dissociation de la conscience. 80 % des personnes ayant reçu une initiation à l’hypnose changent leur façon de communiquer en utilisant ce qu’on appelle « l’hypnose conversationnelle ».

Les outils relationnels sont les mêmes que dans le monde du commerce et de la publicité afin d’améliorer les performances :

  • L’utilisation de mots simples et rassurants, et l’absence de négation : un langage positif.
    Exemples : « Rassurez-vous ! » plutôt que « Ne vous inquiétez pas ! »
    « Avez-vous suffisamment chaud ? » au lieu de « Est-ce que vous avez froid ? ».
  • L’observation et la reformulation (reprise de mots et de gestes du patient) permettent d’optimiser l’empathie grâce à l’activation des neurones miroirs.
  • L’utilisation d’un timbre de voix grave et d’un rythme oratoire lent favorise l’alliance avec le patient.

Avec quels patients ?

Si l’on observe que les enfants sont de meilleurs candidats à l’hypnose que les adultes, avec leur imaginaire fabuleux, tout le monde peut être placé en hypnose. Pour cela, il faut être motivé et avoir suffisamment confiance en la personne qui la propose pour collaborer. Avec quelques connaissances, chacun peut également pratiquer l’auto-hypnose.

Nos observations en peropératoire, à la Clinique du Landy 

Les patients opérés, qui avaient pratiqué 15 minutes d’hypnose avant l’opération, ont eu besoin de doses moins fortes d’analgésique et de sédatif au bloc. Ils ont assuré avoir ressenti après l’opération moins de douleur, d’inconfort, de nausées, de fatigue, de troubles émotifs que les autres patients.

L'Infirmière Diplômée d'État (IDE) pratique beaucoup avec les enfants. Elle raconte qu’un petit garçon s’est endormi en pensant jouer au football. En se réveillant, il a annoncé fièrement avoir marqué 18 buts ! 

Une pratique qui fait son chemin

En 2017, une infirmière de bloc a suivi une formation de 12 jours « Hypnose, douleurs aiguës et anesthésie » à l’Institut de formation et de recherche en hypnose, de Rennes. À la Clinique du Landy, l’hypnose en est à ses balbutiements, mais un changement se profile doucement dans la communication avec les patients. L’équipe médicale et paramédicale commence à adhérer après quelques expériences positives. 

Article précédent

Les temps forts de l'ASCO 2017

Émission consacrée à la conférence 2017 de l'American Society of Clinical Oncology.

Article suivant

L'Institut de cancérologie Jean Mermoz, une approche personnalisée

Le patient et ses proches peuvent bénéficier d’un accompagnement s'ils en ressentent le besoin.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/18.