Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Anévrisme aorte abdominale

J'ai un anévrisme de l’aorte abdominale

Anévrisme aorte abdominale

L’anévrisme de l’aorte abdominale est une dilatation localisée. Certains anévrismes peuvent être surveillés. D’autres risquent de se rompre et doivent donc être opérés pour éviter la rupture.

Qu’est-ce qu’un anévrisme de l’aorte abdominale ?

L’aorte abdominale est une grosse artère qui naît du cœur, qui descend dans le thorax puis dans l’abdomen. L’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) correspond à une dilatation localisée d’un segment plus ou moins long de l’aorte dans sa portion abdominale. Les AAA ont le plus fréquemment la forme d’un fuseau, parfois la forme d’un sac.

Quels sont les facteurs de risque d’anévrisme ?

Les principaux facteurs de risque sont : l’âge (surtout les personnes de plus 65 ans),le tabagisme chronique et la génétique (le fait d’avoir dans la famille quelqu’un qui a eu un AAA). Les personnes de sexe masculin sont les plus concernées. 
Le danger, si l’anévrisme est gros, est la rupture d’anévrisme, souvent mortelle.

Peut-on dépister un anévrisme ?

L’examen clinique est la première étape pour dépister un anévrisme de l’aorte abdominale : en palpant l’abdomen, le médecin perçoit une masse expansive. Quand il écoute le ventre avec son stéthoscope, il peut entendre un souffle à chaque battement artériel. 
Il va alors demander un examen écho-Doppler de l’aorte, qu’un spécialiste réalise en plaçant une sonde sur le ventre (un peu comme l’ échographie chez les femmes enceintes). 
Cet examen permet d’identifier l’anévrisme et de déterminer sa forme et sa taille (mesure du diamètre). En cas de besoin, le médecin peut également demander un scanner ou une IRM.

Que fait-on après le dépistage d’un anévrisme ?

• Si le diamètre de l’anévrisme se situe entre 30 et 50 mm, le médecin va recommander : 
– une surveillance régulière par écho-Doppler ;
– un arrêt du tabagisme ;
– un traitement des éléments dangereux pour les artères : hypertension artérielle, excès de cholestérol, excès de poids, diabète... 
• Si le diamètre est supérieur à 50 mm, il faut intervenir pour prévenir la rupture.

Quelle intervention ?

Il y a deux techniques : l’opération par ouverture du ventre et le traitement en passant par l’intérieur des vaisseaux (traitement endovasculaire). Le chirurgien vous proposera la méthode qui lui semble la plus adaptée à votre cas.

• Chirurgie par ouverture du ventre
L’intervention consiste à placer, à l’endroit de l’anévrisme, une prothèse synthétique en forme de tube. Le sang circule dans cette prothèse. Le risque de rupture est supprimé.
Cette intervention est réalisée soit lorsque l’acte chirurgical est programmé, soit en urgence en cas de rupture anévrismale.

• Traitement endovasculaire
Le traitement endovasculaire consiste à mettre en place une prothèse synthétique (appelée endoprothèse) à l’intérieur de l’anévrisme, en l’introduisant par l’artère fémorale et en la poussant vers le haut jusque dans la zone de l’anévrisme. De cette manière, le sang va passer dans la prothèse et non dans l’anévrisme.
Ce traitement endovasculaire a l’avantage de ne nécessiter qu’une incision dans l’aine.
Cette technique requiert une surveillance prolongée par écho-Doppler.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.