Anesthésie locorégionale

Je vais avoir une anesthésie locorégionale

L’anesthésie locorégionale est de plus en plus pratiquée. Elle permet de réaliser de nombreuses opérations sans endormir totalement le patient

Anesthésie locorégionale

Qu’est-ce que l’anesthésie locorégionale ?

Elle consiste à injecter des anesthésiques locaux au voisinage d’un nerf ou de la moelle épinière, afin de rendre une partie du corps insensible à la douleur. Le lieu de l’injection varie selon la zone du corps concernée : – cou, aisselle (pour les membres supérieurs), aine (pour les membres inférieurs) ; – à proximité de la moelle épinière pour anesthésier le bas du corps (péridurale, rachianesthésie).

Quelles sont les indications de l’anesthésie locorégionale ?

Cette anesthésie est intéressante chez les malades fragiles, pour lesquels l’anesthésie générale présenterait plus de risques. Mais elle peut être proposée à tous. L’anesthésie locorégionale est pratiquée pour les opérations de chirurgie orthopédique, d’urologie et de chirurgie digestive. Elle peut être associée à une anesthésie générale, dans le but de diminuer des douleurs postopératoires (utilisation d’un anesthésique local de longue action ou cathéter d’injection laissé en place).

Avant l’anesthésie locorégionale ?

Vous rencontrerez un médecin anesthésiste quelques jours avant l’intervention. Il vous interrogera sur vos antécédents médicaux (maladies, allergies, prise de médicaments…), vos préférences, afin de vérifier que ce type d’anesthésie vous convient. Il vous expliquera son déroulement. Dans les heures précédant l’intervention, vous serez à jeun au cas où une anesthésie générale serait nécessaire.

Comment l’anesthésie locorégionale va-t-elle être effectuée ?

L’anesthésiste mettra en place un appareillage adapté pour surveiller votre respiration, votre rythme cardiaque... Il posera une perfusion et vous mettra un masque avec de l’oxygène. Puisqu’il s’agit d’une anesthésie au niveau des membres, il pourra s’aider d’une échographie pour localiser les nerfs à endormir. Un anesthésique local sera ensuite injecté lentement au contact des nerfs et, au bout de quelques minutes et après quelques fourmillements, vous ne sentirez plus la zone anesthésiée. Il arrive que l’anesthésie locorégionale ne soit pas suffisamment efficace. On la complète alors sans problème par une anesthésie générale.

Que se passe-t-il après l’opération ?

Vous serez surveillé en salle de réveil (la salle de « réveil » accueille tous les opérés : ceux qui ont été endormis et ceux qui ne l’ont pas été). La partie du corps anesthésiée reste insensible durant quelques heures. Cela peut même persister plusieurs jours après votre sortie si un cathéter a été mis en place.

Quels sont les risques de l’anesthésie locorégionale ?

Il existe des complications : allergie, problèmes respiratoires, paralysie locale. Elles restent cependant exceptionnelles.