Pontage d'une artérite de jambe

Je vais avoir un pontage pour une artérite de jambe

Lorsqu’une artérite de jambe est très évoluée, on peut réaliser un pontage pour sauver la jambe, c’est-à-dire une dérivation de sang permettant de court-circuiter la zone artérielle bouchée.

Pontage d'une artérite de jambe

Quels types d’opération pour mon artérite de jambe ?

Les artères des membres inférieurs peuvent être opérées selon trois techniques de chirurgie artérielle : 
– la dilatation ou angioplastie avec mise en place de stents (support artériel métallique) ; 
– l’endartériectomie qui est une désobstruction de l’intérieur des artères ;
– le pontage, c’est-à-dire une dérivation. Il s’agit d’une intervention de revascularisation pour éviter la perte du membre. Le pontage artériel est envisagé lorsque les lésions de la paroi artérielle sont trop importantes et que le traitement par dilatation n’est pas possible.

En quoi consiste le pontage ?

Imaginez une autoroute bloquée par un important rétrécissement de la chaussée (on passe de quatre voies à une seule). Pour contourner le rétrécissement, on fait un itinéraire de délestage, permettant de quitter l’autoroute avant le rétrécissement et de la rejoindre après le bouchon.
Pour l’artérite des jambes, le problème est le même : un rétrécissement empêche le sang artériel d’arriver dans la jambe. Le chirurgien va donc créer une dérivation, appelée pontage.
Ce pontage est réalisé soit à l’aide d’une propre veine du patient, prélevée à la cuisse, soit au moyen d’une prothèse synthétique.

Que se passe-t-il après le pontage artériel fémoro-poplité ?

Les suites sont généralement simples, mais un hématome au niveau de la zone d’incision peut apparaître dans les jours qui suivent l’intervention. Lorsqu’il est de petite taille, il régresse spontanément.
Lorsque vous aurez retrouvé une indépendance à la marche et que les plaies seront en bonne voie de guérison, vous pourrez rentrer chez vous avec un retour au domicile.
Il sera impératif de ne pas se remettre à fumer.
Un examen écho-Doppler (utilisé pour détecter les pathologies des veines ou des artères) sera pratiqué après l’intervention, à un rythme régulier, afin de contrôler le bon fonctionnement de la revascularisation de la jambe.

Évolution à long terme

À long terme, il est possible que des rétrécissements surgissent à nouveau et qu’ils occasionnent une occlusion du pontage. Les contrôles réguliers permettront de les détecter précocement et surtout d’agir (dilatation, stent…).