Cancer du poumon

Comment dépister un cancer du poumon ?


Le cancer du poumon est l’un des plus fréquents chez l’homme et on le rencontre de plus en plus souvent chez la femme. Près de 40 000 nouveaux cas sont découverts chaque année.

Cancer du poumon

Qu’est-ce qu’un cancer du poumon ?

Un cancer du poumon est une maladie des cellules des bronches ou, plus rarement, des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires. 
Suivant le type de cellules des bronches dont ils sont issus, on distingue les cancers bronchiques « à petites cellules » et les cancers bronchiques « non à petites cellules » qui sont les plus fréquents (80 %). Cette distinction est importante, ces deux types de cancer présentant une évolution et une sensibilité aux traitements très différentes.

Cancer du poumon : quels sont les facteurs de risque ?

Le facteur de risque le plus redoutable est le tabac : une personne qui fume multiplie par dix ou quinze son risque d’avoir un cancer du poumon ; ce risque est majoré de 26 % pour un non-fumeur exposé régulièrement. On sait que 81 % des cancers sont liés au tabac. 
D’autres facteurs sont connus : professionnels (exposition à des substances cancérigènes) ou liés à l’environnement…
Des facteurs génétiques sont aussi en cause, un antécédent familial de cancer du poumon augmente le risque.

Comment se manifeste le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon n’est pas forcément douloureux ; aussi son diagnostic est-il souvent tardif. De plus, ses symptômes ne sont pas spécifiques. Il faut consulter, et d’autant plus rapidement que l’on est fumeur, en cas de toux rebelle, d’infections pulmonaires à répétition, de douleurs thoraciques persistantes, d’un essoufflement, d’expectorations contenant du sang. Parfois, ce sont des symptômes généraux qui sont révélateurs : fatigue, perte d’appétit…

Comment diagnostiquer un cancer du poumon ?

Par la radiographie du thorax qui cependant peut se révéler normale quand le cancer est de petite taille ; aussi, un scanner thoracique est nécessaire. Si celui-ci montre la présence d’une masse anormale, des biopsies (prélèvements) de la tumeur réalisées lors d’une fibroscopie bronchique ou par ponction (à travers la peau) permettront une analyse anatomopathologique des cellules de la tumeur et l’identification du type de cancer.
Un bilan est alors effectué pour rechercher une extension du cancer : examen clinique, prises de sang, scanner de l’abdomen. Selon les besoins, d’autres examens peuvent être prescrits : exploration fonctionnelle respiratoire, scanner du cerveau, scintigraphie osseuse, tomographie par émission de positons (TEP ou PET-scan)…

Quels sont les traitements du cancer du poumon?

Le traitement est adapté à votre situation : selon le type de votre cancer (à petites cellules ou non à petites cellules), l’extension de la maladie c’est-à-dire son stade, votre état général, votre fonction respiratoire…
Trois types de traitements sont envisageables pour un cancer bronchique : la chirurgie, la radiothérapie et les traitements dits systémiques (chimiothérapie et thérapies ciblées). Ils peuvent être utilisés seuls ou associés et sont décidés en fonction du type de cancer, de son extension et de votre état général.
• Cancers bronchiques non à petites cellules 
Leur traitement repose principalement sur la chirurgie lorsque le stade d’évolution de la maladie le permet, souvent complétée d’une radiothérapie et/ou d’une chimiothérapie.
• Cancers bronchiques à petites cellules
Leur traitement repose principalement sur un traitement systémique qui peut être associée à une radiothérapie du thorax et/ou du cerveau. La radiothérapie du cerveau a pour objectif de prévenir ou de traiter d’éventuelles métastases cérébrales.