Toxicité de l'alcool sur le foie

Mon foie est abîmé par l’alcool

La maladie alcoolique du foie évolue selon plusieurs stades, dont celui représenté par la cirrhose hépatique qui affecte le foie de façon irréversible. Pour la stopper, la seule solution consiste à arrêter de boire de l’alcool.

Toxicité de l'alcool sur le foie

Quels sont les liens entre l’alcool et le foie ?

La toxicité de l’alcool sur le foie peut s’exprimer à partir de doses qui peuvent apparaître peu élevées. Le seuil de consommation au-delà duquel le risque pour la santé devient significatif est de 20 g d’alcool par jour (deux verres) chez la femme et de 30 g d’alcool (trois verres) par jour chez l’homme. On considère qu’un verre d’alcool servi dans les débits de boisson, quel qu’il soit (un ballon de vin rouge, un demi de bière, une dose de whisky...), contient approximativement 10 g d’alcool. Attention : souvent à la maison ou chez des amis, les verres peuvent être beaucoup plus remplis.

Qu’est-ce que la stéatose hépatique ?

Au niveau du foie, la première conséquence de la consommation chronique d’alcool est la stéatose qui correspond à l’accumulation de graisses à l’intérieur des cellules du foie. L’accumulation de graisses dans le foie est réversible en réduisant la consommation d’alcool ou en arrêtant de boire.

Qu’est-ce que l’hépatite alcoolique ?

Lorsque la stéatose s’installe et s’aggrave, une inflammation persistante du foie peut apparaître car les cellules hépatiques sont abîmées par l’alcool. C’est ce que l’on appelle l’hépatite alcoolique. Cette maladie grave peut présenter les symptômes suivants : fatigue, maux de ventre, nausées, vomissements, jaunisse (coloration des yeux et de la peau). Elle précède, voire accompagne souvent une cirrhose du foie.

Qu’est-ce qu’une cirrhose du foie ?

Quand la consommation d’alcool perdure, une cirrhose du foie peut survenir. En cas de souffrance prolongée des cellules du foie, celles qui sont mortes ou endommagées sont remplacées par un tissu cicatriciel (appelé fibrose). En s’aggravant, la fibrose modifie totalement le tissu hépatique, le foie devient dur, pierreux : c’est la cirrhose. Le foie atteint de cirrhose perd progressivement ses capacités de synthèse (production) de substances indispensables telles que les protéines et les facteurs de la coagulation sanguine. Il perd aussi sa capacité à éliminer les éléments toxiques pour l’organisme (dont l’alcool). La cirrhose du foie se développe petit à petit, de façon insidieuse. Au début, il arrive souvent que le patient ne se plaigne d’aucun trouble particulier. À un stade avancé, la cirrhose peut entraîner une jaunisse, des œdèmes des membres inférieurs (jambes « enflées »), la présence de liquide dans l’abdomen (ascite) et des troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma profond. La cirrhose du foie est irréversible.

Quelles sont les complications de la cirrhose ?

La cirrhose peut provoquer l’apparition de varices dans l’œsophage, ces dernières pouvant se rompre entraînant une hémorragie digestive grave. Elle peut aussi engendrer un trouble du fonctionnement rénal. Enfin, la cirrhose peut évoluer vers une complication redoutable : le cancer du foie.

Comment diagnostique-t-on une maladie alcoolique du foie ?

Pour mesurer la maladie alcoolique du foie (et, notamment, la fibrose du foie), on a recours à des tests sanguins. On peut aussi mesurer l’élasticité du foie par une technique appelée FibroScan® qui se fait en quelques minutes grâce à une sonde posée sur le ventre.

Quels traitements pour les maladies du foie ?

Pour arrêter une stéatose, une hépatite alcoolique ou une cirrhose du foie, la seule solution consiste à arrêter de boire de l’alcool. Ainsi, la prise en charge de la personne souffrant d’une maladie alcoolique du foie vise, tout d’abord, à obtenir la diminution ou l’arrêt de la consommation d’alcool.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.