Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher

Arthrodèse vertébrale

Je vais avoir une arthrodèse vertébrale

L’arthrodèse consiste à « souder » entre elles plusieurs vertèbres, grâce à du matériel métallique (vis, plaques, tiges), de façon à ce qu’elles ne puissent plus bouger les unes par rapport aux autres.

Arthrodèse vertébrale

Qu’est-ce que l’arthrodèse vertébrale ?

Une vertèbre possède un corps vertébral qui s’articule par un disque intervertébral avec la vertèbre au-dessus d’elle. En arrière de ce corps vertébral, se situent deux autres petites articulations dites « articulations postérieures » ou « articulations facettaires ».

L’arthrodèse vertébrale consiste à réaliser une fusion entre deux vertèbres. Elle peut être réalisée au niveau des corps vertébraux et de celui des articulations postérieures.

Pourquoi faire une arthrodèse vertébrale ?

L’indication la plus fréquente est un glissement entre deux vertèbres (ce glissement s’appelle « spondylolisthésis ») en raison d’une instabilité entre elles. Ce glissement peut faire courir le risque d’une atteinte de la moelle épinière et/ou des nerfs émergents de la colonne vertébrale.

Une autre indication est celle d’une atteinte du disque intervertébral qui ne permet plus l’articulation harmonieuse entre les deux vertèbres. Cette atteinte peut être source de pincement des nerfs de la colonne vertébrale (nerfs rachidiens) et de douleurs.

Enfin, l’arthrodèse peut parfois être nécessaire après une opération antérieure insuffisante sur la colonne vertébrale.

Comment se passe l’intervention ?

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et nécessite donc une consultation préalable d’anesthésie pour connaître les médicaments pris (anticoagulants, en particulier) et les allergies potentielles. Elle consiste à mettre en place, presque systématiquement, un matériel métallique (ostéosynthèse) au niveau des apophyses vertébrales et/ou des corps vertébraux. Ce matériel comporte des vis, des plaques ou des tiges métalliques.

De plus en plus, ce matériel de fixation permet de se passer d’un corset de plâtre. Toutefois, il n’empêche pas, dans certaines situations, de recourir à un maintien complémentaire par un corset en plastique thermoformé. La fusion peut commencer dès lors que les vertèbres sont immobilisées par le matériel métallique. Cependant, elle est plus rapide et de meilleure qualité si une greffe osseuse est réalisée en même temps, avec un greffon osseux prélevé sur le patient lui-même (souvent au niveau du bassin).

Et après l’opération ?

Une surveillance par des anesthésistes est nécessaire pendant quelques jours, en particulier pour calmer les douleurs qui peuvent être importantes (dérivés de morphine ou pompe à morphine). Un drain est inséré dans la région opérée, pour évacuer un éventuel hématome (collection de sang). Le plus souvent, il est retiré au bout du troisième ou quatrième jour, en fonction de la quantité de sang et de liquides retirée. Les ballonnements et la constipation fréquents, en lien avec l’anesthésie, seront corrigés par une modification du régime et des médicaments.

Dans les 24 premières heures, il est parfois impossible d’uriner, et une sonde urinaire provisoire sera alors posée. Enfin, le premier lever aura lieu le lendemain de l’intervention, avec l’aide de kinésithérapeutes. Il faut signaler toute sensation de paralysie ou de perte de sensibilité de la région fessière, anale ou des organes génitaux.

Que se passe-t-il après l’hospitalisation ?

L’hospitalisation dure moins d’une semaine, sauf complications. Au retour à la maison, il faut privilégier une position assise haute (bord du lit, chaise haute ou tabouret de bar), afin de diminuer les douleurs postopératoires et les contraintes sur la colonne opérée.

Un corset lombaire sur mesure, dont la durée du port est variable, sera le plus souvent prescrit pour permettre une immobilisation postopératoire de la colonne vertébrale. Parfois, le chirurgien propose une rééducation précoce. La meilleure rééducation reste la marche à pied. Les voyages en voiture sont déconseillés pendant quatre semaines.

La reprise du travail est à prévoir à partir du 4e ou 5e mois. En cas d’impossibilité de reprendre son activité (travailleur de force), un reclassement professionnel peut être envisagé avec votre médecin du travail.

Quels sont les risques engendrés par l’arthrodèse vertébrale?

Ils sont les mêmes que pour toute intervention chirurgicale : risques liés à l’anesthésie, survenue d’une phlébite d’un membre inférieur compliquée d’une embolie pulmonaire due à l’immobilisation… Le risque de paralysie est rarissime.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.