Chambre implantable

Pose d'une chambre implantable


Une chambre implantable avec cathéter est un petit boîtier médical implanté sous la peau à la partie haute du thorax et relié à une grosse veine par un fin tuyau. Elle est utilisée chez les personnes qui ont besoin d’injections répétées sur une longue durée : au lieu de piquer les veines de façon répétitive, l’infirmière va injecter les produits directement dans cette chambre.

Chambre implantable

À quoi sert une chambre implantable ?

La chambre implantable, également appelée Port-a-Cath®, est utilisée en particulier dans le cadre des chimiothérapies, mais aussi pour d’autres traitements administrés par voie veineuse d’une manière répétée et sur une longue durée. Elle va permettre de réaliser ces injections d’une manière fiable et plus confortable (l’infirmière pique à travers la peau directement dans la chambre) que des injections directement dans les veines des bras et ainsi protéger votre capital veineux.

Comment préparer la pose ?

Il faut signaler à l’anesthésiste si vous prenez un traitement pour fluidifier le sang. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour cette intervention car l’anesthésie est locale. Prenez une douche, la veille et le matin de l’intervention, et lavez-vous les cheveux avec votre shampoing habituel. Le jour de l’intervention, portez des vêtements propres et ne portez ni bijou ni maquillage. Apportez les résultats des analyses sanguines récentes.

Comment se passe la pose d’une chambre implantable ?

La chambre implantable avec cathéter est posée au niveau de la partie haute du thorax (généralement à droite) sous la clavicule. La pose se fait au bloc opératoire, en ambulatoire (vous rentrerez chez vous le jour même). Elle est réalisée par un spécialiste sous anesthésie locale.

Après une petite incision, le dispositif est installé sous la peau. Le petit tuyau (cathéter) qui prolonge cette chambre est introduit dans une grosse veine.

L’intervention dure moins d’une heure. Une radiographie du thorax est réalisée au cours de l’intervention pour s’assurer de la bonne mise en place du dispositif. Un pansement sera appliqué sur la chambre implantable jusqu’à sa cicatrisation complète (environ trois à cinq jours). Les fils sont le plus souvent résorbables ; ils sont parfois « aidés » par de petites bandelettes adhésives qui maintiennent au contact les deux bords de la cicatrice, qui seront retirées au bout de quelques jours.

Chambre implantable : quels sont les risques ?

Dans 2 à 5 % des cas, il peut survenir des complications de type infectieux ou un caillot (thrombose). En cas de toux, de fièvre, de douleur au niveau du thorax, de gêne respiratoire, d’hématome important ou de saignement dans les jours qui suivent la pose du dispositif, il faut contacter en urgence le spécialiste qui vous a posé la chambre implantable.

Et après ?

• Le dispositif sera installé en totalité sous la peau. On peut voir extérieurement comme une petite bosse. Une fois le pansement retiré, la peau est nette, la cicatrice va devenir fine et il n’y a pas de nouveau pansement à faire. Une douleur locale est fréquente pendant deux à trois jours et facilement contrôlée par la prise d’un médicament antidouleur. Vous pourrez ensuite vous laver, vous habiller comme vous le souhaitez, faire du sport, vous baigner, voyager, mettre la ceinture de sécurité, passer à travers les portiques de détection des aéroports.

• À la fin des traitements par injections, le cathéter et la chambre implantable seront retirés sous anesthésie locale et la peau conservera une fine cicatrice.