Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Dialyse péritonéale

Je dois faire dialyse péritonéale

La dialyse péritonéale est une technique d’épuration du sang, pratiquée en cas d’insuffisance rénale chronique (lorsque les reins ne fonctionnent plus). Elle utilise le péritoine, une membrane naturelle, comme filtre.

Dialyse péritonéale

Nettoyer le sang chargé de toxines

Quand les reins ne fonctionnent plus, le sang chargé de toxines doit être très régulièrement nettoyé par des techniques artificielles. Il en existe deux : soit l’hémodialyse tous les deux jours (voir fiche ) soit la dialyse péritonéale.

Dans l’hémodialyse, le « nettoyage » du sang se fait grâce à un appareil de dialyse : le sang est en contact avec le liquide de dialyse à travers un filtre artificiel qui laisse passer les toxines du sang vers le liquide de dialyse.

Dans la dialyse péritonéale, on utilise un filtre interne situé dans le ventre : le péritoine. De quoi s’agit-il ?

Le péritoine utilisé comme un filtre

Toute la cavité abdominale et tous les viscères qu’elle contient sont tapissés d’une fine membrane appelée « péritoine ». Cette membrane est si fine que l’on peut voir au travers tous les vaisseaux qui irriguent les organes abdominaux. On a donc eu l’idée d’utiliser cette membrane comme un filtre : si d’un côté il y a les vaisseaux sanguins et que l’on met du liquide sain de l’autre côté, les toxines doivent pouvoir migrer depuis le sang vers le liquide sain en traversant le péritoine. Et c’est effectivement ce qui se passe : c’est tout le principe de la dialyse péritonéale.

Pour pouvoir mettre du liquide sain (dialysat) dans la cavité abdominale et le retirer quand il est chargé de toxines, il faut avant tout placer un tuyau (cathéter) dans celle-ci. Ce cathéter, implanté au bloc opératoire sous anesthésie locale ou générale, dépasse d’une dizaine de centimètres à l’extérieur de l’abdomen.

Deux techniques de dialyse péritonéale

La dialyse péritonéale (DP) est réalisée à domicile, sauf dans de rares cas (de non-autonomie, par exemple). Il existe deux techniques :

  • première technique, la « DP continue ambulatoire » : de 3 à 4 fois par 24 heures, le patient branche une poche de 1 à 3 litres de dialysat ; placée en hauteur, la poche se vide dans le ventre. Là, en quelques heures, le dialysat va se charger de déchets sanguins au travers du filtre péritonéal. Après quoi, le patient va tirer la poche vide en bas ; le liquide chargé de toxines sera alors siphonné par déclivité. La poche « sale » sera jetée. Le patient branchera une nouvelle poche avec du dialysat propre, et ainsi de suite ;
  • seconde technique, la « DP automatisée » : le renouvellement du liquide dans le péritoine s’effectue de façon automatisée grâce à une machine (de la taille d’une valise de cabine), la nuit, pendant 8 heures. Pendant la journée, du dialysat peut être laissé dans le péritoine, mais à volume réduit.