Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Fracture du poignet

J’ai une fracture du poignet (de Pouteau-Colles)

Fréquente, la fracture de Pouteau-Colles représente 80 % des fractures du poignet. Le traitement (plâtre ou opération) dépend de la fracture, mais aussi de l’âge du patient, de son activité et du fait qu’il soit droitier ou gaucher.

Fracture du poignet

Qu’est-ce que la fracture de Pouteau-Colles ?

Courante chez les femmes âgées atteintes d’ostéoporose, mais également rencontrée chez des sportifs (rollers ou autres sports extrêmes), elle correspond à une fracture de l’extrémité inférieure du radius, juste au-dessus de l’articulation entre main et avant-bras. Elle se produit habituellement lors d’une chute sur la main, bras tendu.

NB : les deux os constituant l’avant-bras sont le radius et le cubitus.

Quels sont les signes de la fracture de Pouteau-Colles ?

Le blessé entend un craquement et ressent une douleur. Puis le poignet gonfle. Dans certains cas, il peut encore le fléchir et l’étendre ; dans d’autres, non.

La déformation est caractéristique :

  • de face : main en baïonnette (la main apparaît décalée vers l’extérieur tandis que, à l’intérieur, il existe une saillie de la tête du cubitus qui ne semble plus en contact avec la main) ;
  • de profil : aspect en dos de fourchette (le fragment distal du radius bascule vers l’arrière, c’est-à-dire vers le dos du poignet).

Comment fait-on le diagnostic de la fracture ?

Le diagnostic est souvent facile devant la déformation. Le chirurgien peut retrouver une douleur lorsqu’il palpe doucement l’extrémité du radius.

Les radiographies confirmeront le diagnostic en visualisant le trait de fracture et rechercheront un arrachement osseux associé, en particulier du cubitus.

Quel est son traitement ?

Le traitement dépend de l’âge, des facteurs de risque opératoire, de la fracture, de l’activité du patient, du côté de la main lésée (patient gaucher ou droitier).

En l’absence de déplacement, ou de déplacement minime, on pose un plâtre ou une résine (en immobilisant le coude et le poignet ; puis, éventuellement, le poignet uniquement) pour 6 semaines.

En cas de déplacement, le chirurgien pratique une « réduction » de la fracture sous anesthésie locorégionale ou générale, pour remettre en contact les deux extrémités du radius fracturées. Puis :

Si la fracture est déplacée, la tendance est aujourd’hui de proposer plus volontiers un traitement chirurgical afin d’éviter une récidive du déplacement après réduction, et ce, quel que soit l’âge. Le blessé bénéficiera ensuite d’une rééducation durant 2 à 3 mois.

Observe-t-on des complications ?

Quelques complications sont possibles : déplacement secondaire, mauvaise consolidation, enraidissement du poignet, douleurs résiduelles… Pour en minimiser la survenue ou l’impact, respectez les consultations de suivi proposées par votre chirurgien.

  • soit il propose un traitement par immobilisation par plâtre ou résine pendant 6 semaines (dit « traitement conservateur ») ;
  • soit il opère pour réparer la fracture avec des broches ou une plaque vissée (ostéosynthèse).

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.