Accouchement : qu’est-ce qui change avec le Covid-19 ?

Article le

Avec les mesures de confinement annoncées par le gouvernement, les femmes sur le point d’accoucher se posent beaucoup de questions sur ce moment si important de leur vie.

Accouchement : qu’est-ce qui change avec le Covid-19 ?

Avec les mesures de confinement annoncées par le gouvernement, les femmes sur le point d’accoucher se posent beaucoup de questions sur ce moment si important de leur vie. Le conjoint pourra-t-il être présent ? Combien de temps faudra-t-il rester à la maternité ?... Le docteur Fabien Toupet, gynécologue à la Clinique Claude Bernard (Ermont, Île-de-France) fait le point sur cette situation inhabituelle.

Accouchement

« Les équipes médicales ont été réorganisées pour que les femmes accouchent dans les meilleures conditions ». Quant aux modalités d’accueil des établissements de santé, elles ont aussi été modifiées pour éviter la propagation du virus. Ainsi, comme toute sortie de l’établissement est définitive, il faut veiller à arriver à la maternité avec son dossier complet (carte de groupe sanguin, valise maman et bébé et livret de famille s'il existe déjà).

Le jour de l’accouchement, les pères peuvent toujours être présents en salle de naissance, en revanche ils ne peuvent plus être accueillis au bloc en cas de césarienne.

Après la naissance

Les modalités de séjour ont également été réexaminées. « À la Clinique Claude Bernard, comme dans beaucoup d’autres cliniques et hôpitaux, nous avons fait le choix, difficile, de ne plus accueillir ni deuxième parent ni famille les jours qui suivent l’accouchement. Le deuxième parent pourra rester quelques heures après l’accouchement confiné dans la chambre de la maman, mais qu’il n’a plus le droit de dormir sur place.

Pour faciliter le séjour des mères et des nourrissons, les sorties précoces sont désormais privilégiées pour que les familles puissent être rassemblées au plus vite. Pour une naissance par voie basse, la sortie peut avoir lieu deux jours après l’accouchement, trois jours pour les naissances par césarienne.

« Nous sommes conscients que cette situation est difficile à vivre pour les parents, les nouveau-nés et leurs familles. Malheureusement, nous devons être rigoureux pour éviter à tout prix la propagation du virus dans les maternités. De cette manière, nous pourrons garantir la sécurité de nos patients ».

Si la jeune mère est atteinte du coronavirus :

Si elle ne présente pas de complications, elle peut allaiter normalement en respectant des consignes d’hygiène stricte car il n’a pas été démontré que le virus pouvait être transmis par le lait maternel. « La mère doit alors porter un masque et se soigner avec du doliprane. Il lui est recommandé de dormir à deux mètres de son enfant la nuit. Si tout va bien, elle pourra sortir de l’hôpital à la date prévue et se confiner chez elle avec le nouveau-né. »

En cas de complications dues au virus, elle sera hospitalisée. L’enfant sera alors accueilli en service de néonatalogie ou rentrera chez lui avec son deuxième parent si celui-ci est en bonne santé. 

Pour faire face à cette crise sanitaire, les maternités mettent donc toutes les mesures en place pour garantir à leurs patients la qualité de la prise en charge et la sécurité des soins.

En résumé :

  • Après l’accouchement, les visites sont désormais interdites, y compris les visites du deuxième parent, pour éviter la propagation du virus
  • Les sorties précoces sont privilégiées pour réunir la famille dans les meilleurs délais
  • En cas d’infection au coronavirus, la mère peut allaiter l’enfant et dormir près de lui à une distance de sécurité de deux mètres.