Activité physique et cancer, parce que pratiquer une activité physique peut sauver la vie

Article le

La Clinique Les Rosiers, à Dijon, a lancé un programme regroupant tout un panel d’activités dont les résultats sur la récidive et la mortalité ne sont plus à démontrer.

Activité physique et cancer, parce que pratiquer une activité physique peut sauver la vie

Programme PEPS : Programme d'Éducation Physique Spécialisé

Le 1er octobre 2018, la Clinique Les Rosiers a lancé son programme Activité Physique et Cancer. De la balnéothérapie au renforcement musculaire en passant par la sophrologie-relaxation… il regroupe tout un panel d’activités dont les résultats sur la récidive et la mortalité ne sont plus à démontrer.

La sédentarité est devenue une menace pour notre société. Elle constitue le 4e facteur de risque de décès dans le monde. Par sédentarité, il faut comprendre rester assis au moins sept heures par jour en moyenne. L’autre menace, c’est l’alimentation et par extension le surpoids. Tous deux sont des facteurs de risques comportementaux de cancer. 

Des données qui ont constitué une base de réflexion et de recommandations pour le Plan Cancer 2014-2019 : “Promouvoir chez les patients atteints de cancer l’activité physique et les comportements nutritionnels adaptés”. L’activité physique pendant et après le traitement améliore la qualité de vie et diminue la sensation de fatigue. Elle peut améliorer la survie après un cancer du sein ou un cancer colorectal, alors que la surcharge pondérale augmente le risque de second cancer. Le Plan cancer porte donc la promotion de l’activité physique encadrée et ajustée, ainsi que des comportements nutritionnels adaptés.  

La Clinique Les Rosiers a ouvert depuis le 1er octobre un Programme d'Éducation Physique Spécialisé (PEPS), destiné aux patients en cours ou en fin de traitement. Une démarche à la base seulement ouverte aux personnes atteintes d’un cancer du sein, mais qui a été élargie à celles atteintes de cancers du côlon, gynécologique, et gastrointestinal, afin d’accompagner le patient dans la reprise d’activités physiques dans le cadre de son parcours de soins. 

En quoi consiste le PEPS ?

C’est un programme qui se déroule en groupes fermés de 8 patients, en demi-journées, durant dix semaines, soit 25 séances par séjour

Après avoir établi un bilan d’entrée – consultation médicale, évaluations, questionnaires, etc. –, l’accent est mis sur :

  1. Les activités physiques :
  • Des séances de réentrainement sur ergomètres à chaque séance
  • Du renforcement musculaire
  • De la balnéothérapie
  • Des étirements
  • De la sophrologie-relaxation
  1. Des ateliers éducatifs collectifs ayant pour but d’informer, de conseiller, d’échanger sur différents thèmes :
  • Les bienfaits de l’activité physique
  • Conseils nutritionnels par la diététicienne
  • Un atelier avec la socio-esthéticienne
  • Groupes de parole animés par la psychologue
  • Sexualité
  • Fatigue physique - Fatigue intellectuelle et troubles de mémoire, troubles attentionnels
  • Reprise du travail

Le patient devient acteur de sa santé.

Autant d’outils mis en place par une équipe pluridisciplinaire comprenant un médecin, une infirmière coordonnatrice, un enseignant APA, des ergothérapeutes, des sophrologues, une psychologue, une diététicienne, une assistante sociale et une socio-esthéticienne.

Les objectifs de ce programme sont une diminution de la fatigue, une amélioration de la qualité de vie, une stabilisation du poids, une amélioration du sommeil, de l’estime de soi, et enfin une diminution du risque de récidive. Ceci favorisant à nouveau l’envie de faire des projets, tant personnels que professionnels.

Article précédent

Un nouveau programme pour lutter contre l’obésité à la Clinique du Chalonnais

Le programme thérapeutique consacré à la prise en charge de patients souffrant de surcharge pondérale a complètement été repensé.

Article suivant

L’essentiel des ouvrages de médecine accessibles en un clic

La Direction Recherche et Enseignement du Groupe vient de signer un partenariat avec Elsevier, le plus gros éditeur d’ouvrage scientifique international.