Adolescents : une rentrée scolaire pas comme les autres

Article Par Ramsay Santé, le

Cette année, la rentrée a été placée sous le signe de la prudence face à la Covid. Ce contexte est-il anxiogène pour nos ados ? Décryptage avec le Dr Maud Percq, pédopsychiatre.

Adolescents : une rentrée scolaire pas comme les autres

Le contexte est-il anxiogène pour nos ados ?

Cette année, la rentrée a été placée sous le signe de la prudence face à la Covid. Pour cause, depuis le 31 août, les élèves de plus de 11 ans ainsi que leurs professeurs doivent porter le masque dans tous les établissements scolaires. Le contexte est-il anxiogène pour nos ados ? Décryptage avec le Dr Maud Percq, pédopsychiatre à la Clinique de la Roseraie (Soissons, Hauts-de-France), établissement du groupe Ramsay Santé.

Comment la rentrée est-elle vécue par les adolescents ? 

Dr Percq : Nombreux sont retournés en cours après six mois d’arrêt ! Une si longue période sans se rendre dans son établissement scolaire, c’était du jamais-vu ! Beaucoup ont fait part de leurs angoisses d’avoir pris du retard sur le programme scolaire et de voir leurs résultats chuter. Car, même si les professeurs ont fait leur possible pour faire cours à distance, on apprend moins bien en étant derrière un écran toute la journée et en étant privé de l’émulation du groupe. Quant à l’épidémie en elle-même, je n’ai pas le sentiment que cela inquiète les jeunes outre mesure… Ce qui pourrait les amener à manquer de vigilance et à ne pas faire le maximum pour protéger leur entourage.

Sont-ils conscients des risques engendrés par le coronavirus ? 

Dr Percq : Tous ou presque ont bien compris les enjeux liés à la pandémie. Comme nous, au plus fort de la crise, ils ont vécu chaque jour l’égrenage du nombre de décès aux informations. Mais tous ou presque pensent que, de par leur jeune âge, ils ne risquent pas grand-chose… Il est donc très utile que le masque soit obligatoire dans les établissements scolaires… Autrement, je ne suis pas certaine que les adolescents respecteraient à la lettre les mesures barrière ! Il faut dire qu’ils sont à un âge où les limites tendent à être repoussées et la transgression fait aussi partie de leur apprentissage… Mais il ne faut pas que cela se fasse aux dépens de la santé des autres !

Comment aborder la question avec les adolescents, en les responsabilisant sans les angoisser ?

Dr Percq : Le rôle des parents est de répéter les règles, autant de fois qu’il le faut… Lorsqu’on voit que les consignes d’hygiène ne sont pas respectées, il ne faut pas hésiter à rappeler les faits, calmement. Vu le contexte, on n’a malheureusement pas d’autre choix que d’être sur leur dos pour vérifier qu’ils portent leur masque en sortant de la maison. Il ne faut pas hésiter non plus à initier des discussions sur les informations qu’on trouve sur les réseaux sociaux, qui tendent parfois à remettre en question les discours officiels et à discréditer les consignes sanitaires. Accepter d’ouvrir le débat, réexpliquer le danger que représentent les fake news, discuter de ces questions à la maison, mais aussi en cours, permettra de garder l’esprit ouvert et de vivre paisiblement les semaines à venir.
L'enseignement dans les établissements scolaires est un des meilleurs remparts contre le pouvoir des dogmes, du sectarisme. C'est l'endroit idéal où se cultivent l'effort et l'esprit critique.

 

Pour aller plus loin : assistez au webinaire "Suicide des jeunes, l’autre urgence"

La Fondation d'entreprise Ramsay Santé, dont la mission est de promouvoir et agir pour la prévention santé a voulu comprendre pourquoi les chiffres du suicide des jeunes ne baissent pas et recenser des solutions existantes à travers 2 webinaires qu’elle organise le 10 novembre prochain.

Pour vous inscrire http://rencontres-prevention-sante.fr/edition-2020/

 

 
Article précédent

La Clinique Provence Bourbonne et l’Hôpital de jour Provence Vélodrome partenaires du Championnat de France d’Athlétisme Handisport !

Un évènement hautement symbolique pour ces établissements de soins de suite et de réadaptation du groupe Ramsay Santé, et vecteur d’espoir pour bon nombre de...

Article suivant

Utilisation de la luminothérapie en établissements de santé mentale : une première nationale

Ramsay Santé devient cette année le premier groupe privé à introduire la luminothérapie de pointe en équipant 24 de ses établissements spécialisés en santé...