Cancer : quel impact sur la vie intime ?

Article le

Pour les patients touchés par le cancer, la maladie apporte son lot de conséquences sur la vie personnelle. Au-delà des traitements, les répercussions sur l’intimité peuvent être difficiles à vivre.

Cancer : quel impact sur la vie intime ?

Pour les patients touchés par le cancer, la maladie apporte son lot de conséquences sur la vie personnelle. Au-delà des traitements, les répercussions sur l’intimité peuvent être difficiles à vivre. Aujourd’hui encore, la sexualité des patients est un thème rarement abordé lors des consultations médicales. Pourtant il reste source de multiples angoisses… D’où l’importance d’aborder la question aussi tôt que possible.

« Quand on ne parle pas des sujets sensibles, on se laisse submerger par l’anxiété et par toutes sortes de questions qu’il serait possible de résoudre en communiquant », explique Carole Chaghouri, infirmière d’annonce 1 à la Clinique Marcel Sembat (Île-de-France). Ici, on aborde le sujet de la sexualité des patients dès la consultation d’annonce de la maladie.

 

Lever un tabou tenace

Fatigue, diminution de la libido, douleurs, modification de l’image du corps, équilibre hormonale perturbé etc. sont autant de conséquences de la maladie qui peuvent affecter la vie intime. Dans le cadre de cancers des testicules, de la prostate, ou de chirurgies digestives, la question de la sexualité se pose particulièrement car les traitements peuvent avoir des répercussions directes sur l’anatomie.

À l’appréhension liée à la maladie et aux différents traitements s’ajoute donc bien souvent la crainte de devoir dire adieu à une vie sexuelle épanouie. « Après avoir vu le médecin lors de l’annonce de la maladie, le patient est redirigé vers moi, précise Carole Chaghouri. Cela me donne l’occasion d’aborder à nouveau le sujet, de rassurer les patients – quel que soit leur âge ! - et leurs conjoints, qui sont aussi libres de venir me voir seuls. Le plus important est que chacun puisse s’exprimer, pour éviter de faire de la sexualité un tabou ». 

 

Identifier les besoins de chacun

Ces consultations sont un lieu d’échange privilégié, où la parole se libère, permettant aux professionnels de santé d’anticiper les traumatismes : « les problématiques diffèrent d’un patient à l’autre. Notre rôle, c’est de veiller à ce que chacun puisse bénéficier d’une prise en charge et d’un suivi personnalisé, auprès de professionnels capables de les accompagner au mieux. »

La priorité pour la Clinique Marcel Sembat, c’est d’aider les patients à accepter l’évolution de leur schéma corporel et d’éviter à tout prix un blocage psychologique.

« Trois semaines après la fin de leur prise en charge, je les recontacte pour faire le point. Suite à cela, il n’est pas rare que nous les redirigions vers des sexologues ou psychologues »

Une prise en charge qui vise à redonner confiance et à soutenir les patients à tous les niveaux, et à chaque étape de leur parcours de soins.

 

1 Le rôle de l’infirmière d’annonce en oncologie est d’informer les patients sur tous les aspects du parcours de soin

Article précédent

Covid-19 : le rôle des structures de soins de suite et de réadaptation

En pleine crise sanitaire, les établissements de soins de suite et de réadaptation ont un rôle fondamental à jouer.

Article suivant

Portrait d'Hélène, infirmière en santé mentale

Découvrez le témoignage d'Hélène Bloque, infirmière en santé mentale à la Clinique d'Yveline.