Charlotte, entre détermination et inclusion

Article Par Ramsay Santé, le

Le groupe Ramsay Santé œuvre pour l’inclusion de ces personnes aux parcours souvent extraordinaires.

Charlotte, entre détermination et inclusion

Charlotte est infirmière en réadaptation cardiaque à l’Hôpital privé Jacques Cartier.

Du 16 au 22 novembre, la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) est de retour. Qu’ils soient physiques, invisibles, de naissance ou bien la conséquence d'une maladie ou d'un accident, les handicaps peuvent parfois briser certains rêves mais aussi en encourager considérablement d’autres à se réaliser. Le groupe Ramsay Santé œuvre pour l’inclusion de ces personnes aux parcours souvent extraordinaires. 

Charlotte Bretonnet-Caradonna est infirmière en réadaptation cardiaque à l’Hôpital privé Jacques Cartier, à Massy (91). Durant son parcours de formation, un grave accident de la route l’a privée de l’un de ses bras, l’empêchant de passer son diplôme. Après des mois de rééducation et de combat, ses efforts ont pu enfin être récompensés et lui permettent aujourd’hui d’assurer quotidiennement des missions qui ont du sens.

Comment a démarré votre parcours professionnel ?

Au départ, je ne me prédestinais pas du tout à être infirmière, je voulais travailler dans la police scientifique. C’est après deux journées en observation à l’hôpital auprès de ma sœur, à l’époque infirmière en réanimation pédiatrique, que je me suis lancée ! C’est ensuite devenu une véritable vocation.

Alors que je suivais ma formation, j’ai été victime d’un grave accident de moto. Celui-ci m’a contraint d’interrompre mes études et m’a empêché d’obtenir mon diplôme en novembre 2011. J’ai dû être amputée du bras gauche et je devais réapprendre à vivre sans. 

Comment êtes-vous parvenue à obtenir votre diplôme ? 

Après des mois de rééducation et plusieurs interventions, le CRIP de Castelnau m’a donné la chance de reprendre un cursus au sein de leur Institut de formation en soins infirmiers. Cet Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) forme les personnes bénéficiaires d'une reconnaissance de travailleurs handicapés. Les choses sérieuses ont ainsi repris en février 2013, après la validation de mon dossier auprès d’une commission de tutelles. Je remercie d’ailleurs tout particulièrement M. Thuaud, directeur de l’IFSI. 

Pour valider ma dernière année et mon diplôme, il fallait trouver un stage. Ce fut possible, grâce au partenariat établi entre le groupe Ramsay Santé et l'IFSI. La réalisation de ce stage dans l'un de leurs établissements et l'accueil dont j'ai bénéficié m'ont confortée dans mon choix : je pouvais exercer pleinement mon métier et embrasser cette carrière à laquelle je tenais tant.  

Ensuite, j’ai obtenu mon diplôme en juillet 2013 et l’aventure a pu enfin commencer ! J’ai d’abord exercé au dépôt de sang de l’Hôpital privé Jacques Cartier mais le contact humain et le travail d’équipe me manquaient... L’opportunité d’entrer en réadaptation cardiaque en mars 2017 en tant qu’infirmière est tombée à point nommé. 

Comment se matérialise l’adaptation de vos missions avec votre handicap ? 

Aujourd’hui, malgré mon handicap, je peux réaliser toutes mes missions en autonomie. Normalement je suis appareillée mais... Je n’utilise quasiment jamais ma prothèse car je me suis habituée sans. Alors je peux tout réaliser d’une main !

Lorsqu’il y a de gros soins techniques, une collègue infirmière vient en renfort mais globalement, nous avons réussi à trouver un fonctionnement et une organisation me permettant d’être indépendante. C’est aussi cela la force du travail d’équipe, cela va bien au-delà de la nécessaire collaboration professionnelle. 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre quotidien ?

Notre rôle est de proposer une éducation thérapeutique. Nous sommes là pour aider les patients qui ont des pathologies cardiaques de tous types à mieux vivre leur quotidien, à travers des conseils et un gain d’autonomie. On va aussi leur expliquer les particularités de leur maladie, le traitement qui y sera associé et répondre à toutes leurs questions. 

Ce que j’apprécie le plus est véritablement la relation avec le patient. On se rend utile dans un moment très compliqué. Cette reconnaissance et le travail d’équipe me plaisent énormément.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

J’ai pour objectif de continuer à me former tout en restant au sein de ce service qui me tient à cœur. Par exemple, j’ai eu l’occasion de suivre un Diplôme d'Université de prise en charge de la douleur et je le mets régulièrement à profit. Cela ne fait que trois ans que j’ai découvert l’éducation thérapeutique et pour l’instant tout m’encourage à continuer dans cette branche.

Article précédent

Portrait de Nathalie Devise, Infirmière

Rencontre avec Nathalie, infirmière au centre SOS Mains du Médipôle Lyon-Villeurbanne.

Article suivant

Clinique de l’Union : un service de néonatologie qui réunit les familles

Le 17 novembre, c’est la Journée mondiale de la prématurité. L’occasion de faire le point sur les besoins spécifiques des bébés prématurés… et de leur famille.