Confinement et nutrition : l’équation impossible ?

Article Par Ramsay Santé, le

Quotidiens bouleversés, enfants désœuvrés, stress accumulé : nous vivons un vrai chamboulement… dont notre alimentation pourrait pâtir.

Confinement et nutrition : l’équation impossible ?

Confinement et nutrition : quelques clés pour trouver les bons équilibres.

La pandémie de Covid-19 qui touche actuellement l’Europe a poussé les gouvernements à prendre des mesures de confinement. Quotidiens bouleversés, enfants désœuvrés, stress accumulé : nous vivons un vrai chamboulement… dont notre alimentation pourrait pâtir. Cyril Gauthier, médecin nutritionniste et membre du collège scientifique de la Fondation d'entreprise Ramsay Santé nous donne quelques clés pour trouver les bons équilibres.

Quel est le premier conseil que vous donneriez aux personnes confinées ?

Dr Cyril Gauthier : Le manque de cadre peut déstabiliser et entraîner une perte de rythme professionnel, de routine alimentaire ou encore de temps de pause déjeuner habituelle. Si l’on ajoute les enfants à la maison, tout l’équilibre est perturbé ! 
Nous recommandons donc aux personnes de se créer un planning, autant que faire se peut, afin de programmer à l’avance les prochains repas. Quelque chose de ludique, qui pourra même être réalisé avec les enfants. Ce peut être également l’occasion de leur rappeler les bases d’une alimentation équilibrée, leur expliquer ce qu’est un féculent, une légumineuse… 
Autre avantage : préparer à l’avance son planning des repas permet d’aller faire ses courses de manière efficace avec une liste préétablie et équilibrée. Cela évitera de perdre du temps au supermarché et d’oublier d’acheter des aliments essentiels. 

Confinement ne rime pas nécessairement avec… féculents ! Quelles recommandations à ce sujet ?

Dr Cyril Gauthier : J’ai fait les courses hier et j’ai pu constater, comme bon nombre d’entre nous, qu’il y avait une véritable ruée sur les féculents (pâtes, riz etc.). Pourtant, nous avons toujours accès aux biens de première nécessité et à des produits frais ! Prenons plutôt ce temps pour cuisiner des légumineuses, riches en protéines végétales*, elles permettront à l’organisme de maintenir un apport en fibres et sucres lents. A contrario, ne consommer que des féculents risque de provoquer des variations glycémiques rapides, puis des fringales. 

Justement, comment lutter contre ces fringales ?

Dr Cyril Gauthier : C’est en effet le risque… Il est pourtant possible de mettre en place une collation entre les repas. Il suffit juste de composer celle-ci en adéquation avec les autres repas. Par exemple, si l’on consomme un fruit ou un yaourt, ce dernier sera ôté du dîner. 
En règle générale, les fringales surviennent en fin de journée. Je préconise donc d’instaurer un temps d’activité physique de 15-30 minutes à ce moment-là, pour détourner son attention du grignotage !

Si d’ordinaire nous n’avons pas pour coutume de petit-déjeuner, devons-nous prendre cette nouvelle habitude ?

Dr Cyril Gauthier : Des personnes se mettent effectivement à prendre un petit-déjeuner en ce moment alors que d’ordinaire ce n’est pas le cas. On peut le faire si on a faim mais cela n’a rien d’obligatoire, d’autant plus que le petit-déjeuner est souvent sucré (viennoiseries, tartines de beurre, chocolat chaud…). Cela risque de créer des situations de pic de glycémie et donc, quelques heures plus tard, des fringales. Le petit-déjeuner doit contenir fibres et protéines pour éviter les fluctuations glycémiques : pain aux céréales complètes, fruits, protéines de préférence végétales, ou encore fruits à coque doivent être privilégiés.

Comment pallier la diminution de notre activité physique ?

Dr Cyril Gauthier : En privilégiant des repas plus légers et en limitant les féculents. On préférera varier entre des protéines végétales et animales. De nombreux conseils et recettes sont disponibles sur le site Santé Publique France ainsi que sur notre compte Instagram EMNo_Line.
Profitons de ce temps qui nous est donné, pour manger plus lentement que d’ordinaire et ressentir la sensation de satiété. On pourra également se poser la question, avant la fin de l’assiette, de savoir si l’on a vraiment besoin de la terminer. Et pourquoi pas mettre en place des activités physiques… à continuer après la période de confinement ?

Dr Cyril Gauthier
Dr Cyril Gauthier, médecin nutritionniste et membre du collège scientifique de la Fondation d'entreprise Ramsay Santé

 

Les 4 astuces nutrition à retenir :

  • Anticiper et planifier les repas de la semaine
  • Se demander si on petit-déjeune car on a réellement faim. Si oui, privilégier les apports en fibres
  • En cas de fringales : planifier des collations avec des éléments qui seront ôtés des autres repas de la journée
  • Privilégier fibres et protéines végétales, dont les légumineuses, qui vont rassasier correctement. 

* : Exemples de protéines végétales : noix, graines, fruits oléagineux, légumineuses, champignons, fruits secs, céréales, compléments tels que la spiruline ou encore les graines germées.

Article précédent

Covid-19 et confinement… Comment trouver les mots en famille ?

Crise sanitaire oblige, les prochaines semaines de confinement s’annoncent délicates à vivre pour les familles.

Article suivant

Covid-19 : Comment vivre au mieux sa grossesse ?

Face au coronavirus, et depuis la mise en place de mesures de confinement, les femmes enceintes se posent de nombreuses questions sur le suivi de leur...