Dépression : des rémissions grâce à la stimulation cérébrale profonde

Article le

Huit patients souffrant d’une dépression sévère et résistante ont vu leurs symptômes diminuer grâce à la stimulation cérébrale profonde.

Dépression : des rémissions grâce à la stimulation cérébrale profonde

wideonet/epictura

La méthode est invasive, mais elle a le mérite d’être efficace. Des patients atteints de dépression sévère et résistante ont vu leur état s’améliorer grâce à la stimulation cérébrale profonde. L’étude, menée à l’université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), rapporte des résultats positifs sur le long terme dans Brain Stimulation. La nouvelle est d’autant plus encourageante que 15 à 30 % des dépressions ne répondent à aucun traitement.

Huit patients dépressifs ont été sélectionnés pour ces recherches. Ils répondaient à un profil précis : atteints de dépression depuis 3 à 11 ans, ils n’ont répondu à aucun des traitements disponibles (médicaments, psychothérapie, électrochocs). Si l’équipe allemande n’a choisi que des cas graves, c’est avant tout parce que l’approche est très invasive.
 

Peu d’effets secondaires

La stimulation cérébrale profonde consiste à implanter, directement dans le cerveau, des électrodes afin de délivrer un courant électrique. Chez ces patients dépressifs, une région du cerveau antérieur, impliquée dans la perception du plaisir, a été ciblée. 

« La plupart des patients répondent à la thérapie », se félicite le Pr Thomas Schläpfer. En effet, sept des huit patients ont tiré des bénéfices en continu de l’approche. Et ils se prolongent jusqu’à quatre ans après les séances de stimulation.

Quatre patients ont même réussi à franchir le seuil clinique de la dépression, atteignant la rémission. Le tout en évitant les effets secondaires, comme une vision floue ou dédoublée. Pour y parvenir, les chercheurs ont adapté la dose de stimulation.

 
Article précédent

Un score permet de prédire la survenue de maladies chroniques dans les 3 ans

Une prise de sang et l'âge du patient permet de calculer un score qui prédit le risque de maladies chroniques dans les 3 ans. Il est précis à 78 %.

Article suivant

Alzheimer : un test génétique prédit l'âge d'apparition de la maladie

L'étude de 70 000 séquences d'ADN a permis de développer un score génétique capable de calculer le risque de démence à un âge donné.