Détection du ganglion sentinelle et étude de la vascularisation par fluorescence

Article le

À Saint-Etienne (42), certaines patientes du service oncologie bénéficient d’une technique identifiant avec précision les ganglions sentinelles à prélever et la viabilité des tissus en vue d’une reconstruction mammaire immédiate.

Détection du ganglion sentinelle et étude de la vascularisation par fluorescence

L’Hôpital privé de la Loire a adopté la méthode de détection par fluorescence au vert d’indocyanine.

À l’Hôpital privé de la Loire, établissement du groupe Ramsay Santé à Saint-Etienne (42), les patientes du service oncologie (en sénologie et chirurgie pelvienne) bénéficient d’une technique innovante identifiant avec précision les ganglions sentinelles à prélever (pour la chirurgie carcinologique pelvienne et mammaire) et la viabilité des tissus en vue d’une reconstruction mammaire immédiate.

Avec pour objectif de rendre le parcours de ses patientes le plus simple, le plus efficace et le moins coûteux possible, l’Hôpital privé de la Loire a adopté la méthode de détection par fluorescence au vert d’indocyanine.

 

En quoi consiste cette technique et quels sont les résultats escomptés ?

Le Docteur Charlotte Furtos Fanget, gynécologue obstétricienne, nous éclaire : "Dans le cas du cancer du sein, le vert d’indocyanine, molécule très lymphophile, est une aide à la détection avec précision des ganglions sentinelles axillaires chez les patientes traitées pour un cancer du sein. Cette technique permet ainsi de déterminer une éventuelle prolifération tumorale dans le système lymphatique. L’injection de ce marqueur colorant fluorescent, par injection dans le sein va permettre de visualiser clairement puis de prélever sélectivement le premier relai de drainage dit ganglion sentinelle pour étudier son stade et éviter ainsi le prélèvement de toute la chaine ganglionnaire".

La fluorescence est également utilisée dans une seconde indication lorsque le vert d’indocyanine est injecté en intra-veineux. Elle permet de visualiser précisément la vascularisation sous-cutanée et de déterminer ainsi la viabilité de la peau. L’objectif est alors d’évaluer la possibilité de reconstruction en identifiant le risque de nécrose secondaire de la peau entraînant parfois un échec de reconstruction, des interventions itératives.

La prise en charge rapide et précoce ainsi que des résultats fiables sont autant d’atouts justifiant la mise à l’étude, au sein de l’Hôpital privé de la Loire, d’une technique qui fait ses preuves.

Article précédent

Le cancer du sein (entre parenthèses)

"Entre Parenthèses" est une fenêtre ouverte sur le parcours de 3 femmes. Un parcours où la vie triomphe. Découvrez ce documentaire réalisé par l’Institut de...

Article suivant

Incendie à la Clinique de l'Ange Gardien

Jeudi 6 février 2020, la Clinique de santé mentale de l'Ange Gardien a été touchée par un incendie de grande ampleur.