Entourer les patientes atteintes du cancer du sein

Article le

Rencontre avec Najia Pernin, chirurgienne cancérologue et gynécologue, qui a contribué à la création du centre des maladies du sein de la Clinique du Mousseau à Evry.

Entourer les patientes atteintes du cancer du sein

Vaincre le cancer implique une reconstruction autant physique que psychique.

À la Clinique du Mousseau, à Evry (91), le centre des maladies du sein accueille les patientes atteintes du cancer. Accompagner, soigner, écouter, reconstruire… Tels sont les engagements pris par une équipe passionnée et aux petits soins. Rencontre avec Najia Pernin, chirurgienne cancérologue et gynécologue, qui a contribué à la création du centre il y a 19 ans.

 

En quoi consiste la prise en charge du cancer du sein dans votre clinique ?

Najia Pernin : Il s’agit d’un centre où la prise en charge est pluridisciplinaire, avec des médecins, oncologues, radiologues issus de centres anticancéreux. Cette prise en charge est identique à celle d’autres centres, bien que plus personnalisée. Les équipes travaillent main dans la main pour recevoir les patientes sous 48 heures et leur fournir un diagnostic complet. Ces délais courts démontrent notre volonté d’offrir un réel soutien psychologique en plus de l’approche médicale. Il était également important pour nous de créer un centre de proximité, permettant aux patientes de limiter leurs déplacements et de bénéficier d’une approche humaine avant tout, les rendant actrices de leur prise en charge. 

Comment aidez-vous vos patientes à affronter cette épreuve ?

N.P : Nous croyons au pouvoir de la transmission et du partage. Parenthèse, l’association que nous avons créée il y a 12 ans, organise au sein de la clinique des réunions de patientes permettant d’aborder des thématiques auxquelles chacune peut s’identifier (« environnement et cancer », « sexualité et cancer » par exemple) ou des évènements d’art thérapie. Nous voulons que la clinique devienne un endroit où il est possible de déposer ses angoisses. Les patientes peuvent aussi bénéficier d’une prise en charge complémentaire en médecine naturelle ou chinoise, de séances avec notre psycho-esthéticienne, qui propose des modelages, épilations, séances maquillage ou de pose de vernis etc. Pour celles ayant vécu une mastectomie, nous offrons des brassières en bambou biologique et nous les accompagnons dans l’acceptation de leurs cicatrices. 

Le rapport au corps est donc au cœur de la prise en charge…

N.P : Dans le cadre de la maladie, il est en effet fondamental de réinventer la perception du corps. Vaincre le cancer implique une reconstruction autant physique que psychique. Tout l’enjeu de notre accompagnement, c’est de rendre les patientes actrices de leur combat contre le cancer. Elles peuvent parfois avoir du mal à accepter leurs cicatrices. Mais nous sommes là pour leur rappeler qu’elles sont loin de les diminuer ou de les rendre moins belles : ce sont des cicatrices d’héroïnes.

Article précédent

Patient debout !

À l'Hôpital privé de la Seine-Saint-Denis, l’époque du trajet au bloc, sur un brancard, semble révolue, à la faveur d’un patient plus autonome.

Article suivant

Le cancer du sein (entre parenthèses)

"Entre Parenthèses" est une fenêtre ouverte sur le parcours de 3 femmes. Un parcours où la vie triomphe. Découvrez ce documentaire réalisé par l’Institut de...