Établissements de santé mentale : mobilisés face au Covid-19

Article le

Pour faire face à la crise sanitaire actuelle, les établissements de santé mentale du groupe Ramsay Santé instaurent des mesures exceptionnelles.

Établissements de santé mentale : mobilisés face au Covid-19

Pour faire face à la crise sanitaire actuelle, les établissements de santé mentale du groupe Ramsay Santé instaurent des mesures exceptionnelles. Pour eux, l’objectif est de réussir à adapter les stratégies de soin au contexte bien particulier auquel nous sommes confrontés, pour la santé des patients et des soignants.

Depuis quelques semaines, le quotidien des établissements de santé a été bouleversé par l’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement prises pour l’enrayer. Les établissements de santé mentale ne font pas exception. Au sein du groupe Ramsay Santé, tous ont dû se réorganiser pour pouvoir continuer à traiter les patients positifs au Covid-19… Et les autres.

 

Réorganisations et nouvelles unités covid

Dès le début du mois de mars, trois établissements ont dû faire face à l’apparition du virus au sein de leur patientèle : la Clinique Quatre Saisons (Marseille, Provence-Alpes-Côte d’Azur), la Clinique de la Roseraie (Soissons, Hauts-de-France) et la Clinique Eugénie (Pierrefonds, Hauts-de-France). Face à cette situation, des unités covid ont été mises en place dans chacun de ces trois établissements.

À ce jour, toutes les structures de santé mentale du groupe ont pris le même chemin. « Ces unités ont été créées pour pouvoir prendre en charge les patients contaminés et, dans le même temps, continuer à accueillir les patients en santé mentale » expliquent Nathalie Alquier, Nicolas Choutet et Philippe Soulié, directeurs des exploitations santé mentale du groupe. Pour sécuriser l’ensemble des patients et des soignants, les consultations en hôpital de jour se font désormais par téléphone ou visioconférence

Afin de permettre au plus grand nombre de vivre le plus normalement, les patients touchés par le virus sont dirigés dans une filière dédiée et les nouveaux entrants commencent leur séjour dans leur chambre au sein d'un autre secteur pour éviter la propagation du virus. Des programmes spécifiques ont été mis en place pour expliquer l’intérêt d’une telle mesure et poser les bases d’un accompagnement adéquat pendant cette période. « Cela a mené les équipes sur place à intensifier l’accompagnement relationnel et les mesures d'hygiène ont été accrues». 

 

Des équipes disponibles et soudées

"Les équipes restent mobilisées pour garantir la sécurité des soins, car la nécessité d’accueillir les patients demeure la même», précisent Nathalie Alquier, Nicolas Choutet et Philippe Soulié.

Les soignants restent très attentifs pour permettre aux patients d’aborder cette période aussi sereinement que possible. « Du fait des mesures de confinement et de la suppression des permissions de sortie, certaines tensions et frustrations peuvent se faire sentir ». D’où la nécessité pour les soignants de rassurer et de préserver le bien-être des patients. « Sur place, certains préfèrent bénéficier de consultations téléphoniques car ils craignent la transmission du virus. Le personnel le comprend et s’adapte ». Les ateliers de groupe continuent d’avoir lieu, tout en respectant les mesures de distanciation.

Les équipes soignantes, elles aussi bénéficient elles-aussi d’un soutien particulier. Afin de maintenir la cohésion et décharger les tensions, des ateliers de méditation, relaxation ou encore sophrologie ont lieu, à raison de plusieurs fois par semaine.

Et pour les équipes les moins touchées, elles mettent leurs compétences au service des personnels de réanimation des établissements de MCO qui gèrent des patients très lourds en les accompagnant de façon quotidienne en visioconférence.

Quelques semaines après le début de la crise, les directeurs des exploitations santé mentale du groupe précisent : être organisé et réactif tout en garantissant le même niveau d’information à toutes les équipes permettra de traverser cette crise. Solidarité, communication opérationnelle et bienveillance sont donc de mise, pour le bien de tous.

Article précédent

La Clinique des Cèdres face à la pandémie

En première ligne face au Covid-19, les établissements de santé et leurs personnels œuvrent chaque jour pour prendre en charge les patients.

Article suivant

AVC, infarctus… Agir malgré la crise !

À l’heure où la population est appelée à rester chez elle et à ne se rendre à l’hôpital qu’en cas d’urgence, les suspicions d’AVC ou d’infarctus en font partie.