La chirurgie orthopédique se perfectionne à la Clinique Aguiléra

Article Par Ramsay Santé, le

À nouveaux profils de patients, nouvelles prises en charge.

La chirurgie orthopédique se perfectionne à la Clinique Aguiléra

La chirurgie orthopédique vise à traiter les atteintes et traumatismes touchant l’appareil locomoteur.

La chirurgie orthopédique est une spécialité médicale qui vise à traiter les atteintes et traumatismes touchant l’appareil locomoteur. Ceux-ci peuvent concerner les os, les muscles, les articulations, les nerfs ou encore les tendons. Il s’agira aussi bien de traumatismes causés par un évènement extérieur que de lésions dégénératives ou constitutionnelles innées chez le patient. 

La Clinique Aguiléra, établissement Ramsay Santé situé à Biarritz, possède de nombreux pôles aux compétences variées et aux équipes pluridisciplinaires. Les docteurs Jérôme Murgier et Nicolas Christiaens sont tous deux chirurgiens orthopédiques, mais aux spécialisations différentes. Pourtant, leurs objectifs sont similaires : réaliser des interventions en préservant au maximum les structures naturelles des patients à travers une chirurgie dite conservatrice et mini-invasive, notamment par arthroscopie.  

Conserver le capital articulaire

La chirurgie du genou chez le sportif est l’une des spécialités du Dr Murgier. "Je pratique principalement de la chirurgie dite conservatrice. L’idée est de pouvoir garder les structures anatomiques du patient au lieu de les remplacer, dans la mesure du possible. Le bénéfice sur le long terme est important. De plus les techniques réalisées sont mini-invasives diminuant l’agression chirurgicale", explique le spécialiste. Pour le docteur Christiaens, même pratique : "Je m’occupe de la chirurgie des poignets et coudes. L’arthroscopie est un véritable atout dans l’élaboration du diagnostic et le traitement du patient car cela permet une intervention la moins invasive possible. Au niveau du poignet, la pratiquer relève encore de la véritable innovation."

Aussi bien dans le cas d’une chirurgie du poignet que d’une chirurgie du genou, préserver au maximum les tissus naturels du patient va avoir des effets positifs immédiats mais également sur le long terme. "Nous faisons de la reconstruction de ligaments et de la conservation cartilagineuse, précisent les médecins. La pose d’une prothèse n’est plus systématique, il y a des étapes intermédiaires avant de remplacer l’articulation. Avec cette philosophie mini-invasive et conservatrice, nous allons effectuer des interventions dont la phase postopératoire sera moins douloureuse, avec des incisions plus petites générant moins de raideur qu’une chirurgie classique." 

À nouveaux profils de patients, nouvelles prises en charge

Le constat des médecins est unanime : les patients qu’ils reçoivent ont changé. "Nous avons un nouveau profil de patients. Nombreux sont ceux d’une cinquantaine d’années, qui reprennent ou poursuivent une activité sportive intense et se blessent au genou, mais veulent poursuivre leur sport (pelote basque, surf..). Il est donc primordial de leur proposer une solution pérenne, avec la possibilité de continuer à mobiliser pleinement leurs articulations et de poursuivre le sport", explique le Dr Murgier. "De plus, nous avons de très jeunes patients qui se blessent au genou et notamment au niveau du ligament croisé antérieur. Nous leur proposons une prise en charge personnalisée pour prévenir l’évolution dégénérative à long terme". En conservant au maximum les tissus naturels, ils donneront ainsi toutes les chances aux patients de récupérer leurs fonctions motrices et d’être satisfaits de l’intervention, même plusieurs années après.

Dans le cas d’une pseudarthrose au niveau du poignet, la pratique de l’arthroscopie apporte aussi de grands bénéfices. Le Dr Christiaens explique que "avant, nous devions ouvrir la zone pour apporter le greffon (os vivant et vascularisé). Maintenant, grâce à l’arthroscopie, l’intervention est beaucoup moins invasive, évitant arthrose et de nombreuses difficultés durant la guérison." Avec des techniques de plus en plus innovantes, les médecins ont pour objectif de développer davantage encore leur prise en charge des jeunes patients sportifs.

Quel que soit le cas de figure, priorité sera toujours donnée à la conservation des tissus afin de pérenniser au maximum la fonction des articulations.

Article précédent

Portrait de Carole Combaz, Responsable d'Unité de Soins

Rencontre avec Carole Combaz, Responsable d'Unité de Soins à la Clinique de la Sauvegarde, à Lyon.

Article suivant

L’ostéopathie à l’écoute des bébés

À la Clinique du Mousseau (Évry, Essonne), les bébés bénéficient du savoir-faire des ostéopathes de l’établissement.