La neurostimulation : véritable rempart contre la douleur

Article Par Ramsay Santé, le

Depuis plus de quarante ans, la neurostimulation, autrement appelée stimulation médullaire, permet de soulager les douleurs neuropathiques du dos, des membres….

La neurostimulation : véritable rempart contre la douleur

Le traitement agit donc par stimulation électrique des fibres nerveuses.

La douleur chronique a un impact non négligeable sur la vie de tous les jours. Depuis plus de quarante ans, la neurostimulation, autrement appelée stimulation médullaire, permet de soulager les douleurs neuropathiques du dos, des membres...

À l’Hôpital privé de Versailles, établissement Ramsay Santé, le docteur Vincent d’Hardemare et son équipe de neurochirurgiens proposent une solution de neurostimulation pour améliorer le quotidien de nombreux patients souffrant de douleurs diffuses, dues à des pathologies variées.

Une technologie d’avenir

La douleur est un message transmis par les voies neurologiques de la périphérie jusqu’au cerveau après activation des récepteurs à la douleur (une piqûre ou une brûlure par exemple). Cette douleur peut également être spontanée, c’est-à-dire sans activation des récepteurs. On retrouve cette douleur spontanée lorsque la membrane d’un neurone est abîmée, laissant la possibilité de la formation de messages douloureux spontanés ou suite à une modification du message normal.

La neuro-modulation fait partie des traitements reconnus dans le cadre de ces douleurs neurologiques.

Le traitement agit donc par stimulation électrique des fibres nerveuses : un stimulateur (similaire à un pace-maker cardiaque) est posé (généralement en bas du dos) et envoie des impulsions électriques par le biais d’une sonde positionnée à proximité d’une structure nerveuse : la moelle épinière ou le ganglion rachidien en général. Les petites impulsions électriques délivrées modifient le comportement du nerf ou de la moelle épinière permettant ainsi de bloquer sinon atténuer un message de douleur. 

Tester avant d’approuver

Le recours à cette technique nécessite une évaluation de son efficacité de la part du patient. Le médecin met en place des sondes qu’il raccorde à un neurostimulateur externe. En salle de réveil, le stimulateur externe est allumé et un programme électrique adapté aux besoins du patient est mis en place. Le patient peut ensuite reprendre ses activités quotidiennes et évaluer l’efficacité du traitement au cours de ses différentes. Ce n’est qu’à l’issue de cette phase de test que le système est véritablement implanté. 

« Cette thérapie permet aux patients de retrouver une vie plus paisible en réduisant l’impact de la douleur chronique sur leur quotidien », conclut le Dr d’Hardemare.

Article précédent

Comment se nourrir pendant un cancer ?

L’alimentation joue un rôle clé pour les personnes atteintes d’un cancer. Malheureusement, il n’est pas toujours facile de garder le cap d’une bonne...

Article suivant

Clinique Saint-Amé : le service des urgences fait peau neuve !

Il y a du nouveau aux urgences de la Clinique Saint-Amé, à Lambres-Lez-Douai (Hauts-de-France). L’ancienne équipe a laissé place à 6 nouveaux médecins...