La rééducation neurologique post-Covid à la Clinique du Bourget

Article le

La Clinique du Bourget, spécialisée dans la prise en charge de patients atteints de pathologies neurologiques graves, a dû s'adapter pendant la période Covid.

La rééducation neurologique post-Covid à la Clinique du Bourget

Covid oblige, les cliniques de l’Hexagone ont dû s’adapter et transformer singulièrement leur fonctionnement pour accueillir les patients touchés. C’est notamment le cas de la Clinique du Bourget (Île-de-France), spécialisée dans la prise en charge de patients atteints de pathologies neurologiques graves.

Sécuriser la prise en charge des patients : tel est le maître-mot appliqué dans toutes les structures de santé. La Clinique du Bourget en a fait un double combat, prenant à la fois en charge des patients Covid+ et des patients vulnérables face à la maladie. Le Dr Chevrillon revient sur ces dernières semaines de crise et l’organisation sans faille dont a fait preuve l’établissement.

 

Spécialiste des troubles neurologiques atypiques

La Clinique du Bourget est spécialisée dans la prise en charge de pathologies lourdes. « D’ordinaire, nous recevons des patients atteints de pathologies cérébrales sévères, tétraplégie, paraplégie, pathologies cardio-vasculaires... premiers sur la liste des personnes à risque face au coronavirus explique le Dr Chevrillon. Prendre également en charge des patients Covid a donc nécessité réflexion et organisation afin d’assurer la sécurité de chacun ».

Si des patients Covid+ ont été transférés à la clinique, ce n’est pas un hasard : présentant parfois des troubles neurologiques atypiques, ces derniers ont pu être suivis par les praticiens du Bourget. « L'anosmie et l'agueusie (perte de l'odorat et du goût) sont des révélateurs de contamination au Covid-19. Mais il y a également des troubles de la vigilance, des pertes de repères ou une certaine agitation... explique le Dr Chevrillon. Ces symptômes, que nous connaissons bien ici, sont des manifestations d’une atteinte au niveau du cerveau et peuvent perdurer ».

 

Une compartimentation optimale

Établissement Ramsay Santé, la clinique a pu s’appuyer sur des équipes soudées et un partage des besoins à l’échelle du Groupe, afin de maintenir une prise en charge optimale. « Nous avions une telle pression en Seine-Saint-Denis... il fallait que l’on puisse suivre nos patients habituels et prêter main forte aux autres établissements avec les cas de Covid, raconte le Dr Chevrillon. Cela a été possible grâce à un système de transfert des cas les plus graves et une compartimentation en interne pour ne pas mélanger les patients. »

Malgré ces contraintes, une continuité de la prise en charge complète a été assurée. « Pour le moment, les exercices se font dans les chambres et le personnel est réparti entre les patients post Covid et les autres. Des zones de travail ont aussi été aménagées avec un petit plateau de rééducation. Nous réfléchissons désormais à une reprise de toutes les activités de rééducation pour nos patients ».

Entre gestes barrières et précautions sanitaires renforcées, la clinique poursuit son déconfinement. Le nombre de guérisons augmente par ailleurs progressivement, à l’image du département entier 1.

 

1 Données étude SI-VIC et Santé Publique France

 https://www.cascoronavirus.fr/stats/france/departement/seine-saint-denis

 

Article précédent

Casques de réalité virtuelle : une innovation qui diminue l'anxiété les patients

Pour diminuer l’anxiété des patients avant une intervention, l’Hôpital privé Arras les Bonnettes a décidé de miser sur la réalité virtuelle !

Article suivant

Pétards et 14 juillet : prudence !

À l’approche du 14 juillet, il est important de rappeler les dangers d'accidents parfois graves que représentent les pétards.