L'hospitalisation à domicile en psychiatrie : véritable tremplin vers le mieux-être

Article Par Ramsay Santé, le

La Clinique de Beaupuy, près de Toulouse, est spécialisée dans le domaine de la santé mentale. C'est le seul établissement privé autorisé à pratiquer l'hospitalisation à domicile (HAD).

L'hospitalisation à domicile en psychiatrie : véritable tremplin vers le mieux-être

L’HAD permet une toute nouvelle approche thérapeutique et médicale.

La Clinique de Beaupuy (Haute-Garonne, Occitanie) est spécialisée dans le domaine de la santé mentale. Différents modes de prises en charge sont proposés aux patients tels que l'hospitalisation libre à temps complet, l'hospitalisation sans consentement à la demande d'un tiers et, plus récemment, l'hospitalisation à domicile, dite HAD.

L’hospitalisation à domicile est une idée pensée collégialement entre le personnel médical et administratif. Elle répond à la volonté de la psychiatrie de développer les prises en charge en ambulatoire. La Clinique de Beaupuy est le seul établissement privé autorisé à pratiquer ce type d’hospitalisation. Présentation du dispositif par Sabine Biau, directrice générale de la clinique.

Bien pris en charge, dans leur lieu de vie

En développant l’HAD, l’objectif des professionnels de la Clinique de Beaupuy était double. « Nous voulions proposer une prise en charge innovante et sécurisée tout en créant une véritable unité, une équipe bien identifiée, explique la directrice. L’intensité de mobilisation et de suivi des patients sera la même que celle d’une hospitalisation classique, mais les patients pourront rester à domicile. » Les admissions sont réalisées en alternative ou en raccourcissement d'une hospitalisation à temps complet. Pour cela, plusieurs critères devront être respectés comme un entourage aidant, un lieu de vie adapté et une évaluation médicale concluante.

Bien loin des sombres clichés autour de la prise en charge psychiatrique, l’HAD permet une toute nouvelle approche thérapeutique et médicale. « Pour certains patients, le passage en hospitalisation complète peut avoir un effet délétère et accroître la chronicisation. L’HAD agit alors comme un formidable outil de réhabilitation psycho-sociale. » Le patient est aidé, ainsi que son entourage, directement dans son quotidien à travers la visite d’une équipe spécialisée, une à deux fois par jour. Un médecin lui rend également visite chaque semaine.

PsyDom 31 : partenariat unique public–privé

La prise en charge en HAD est le fruit de la collaboration entre la Clinique de Beaupuy et le centre hospitalier Gérard Marchant. « Lors des visites, le patient ne voit pas des professionnels de la Clinique de Beaupuy ou du centre hospitalier, il voit l’équipe PsyDom 31, créée conjointement. » En effet, l’équipe pluridisciplinaire agit au nom d’une même entité, bien qu’étant rattachée aux deux établissements de santé mentale.

Chaque année, PsyDom 31 suit environ 400 patients à travers la communauté urbaine du Grand Toulouse. La durée moyenne d’hospitalisation en HAD est d’un à deux mois. « C’est un dispositif très flexible et complètement personnalisé : à chaque patient, son programme de soins. À travers cela, nous souhaitons également accompagner les patients sur la voie de l’indépendance et éviter la déscolarisation des plus jeunes. » Une prise en charge novatrice, très bénéfique pour les patients éligibles et qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Article précédent

L'hélistation de la Clinique de la Sauvegarde : véritable atout pour les urgences cardiovasculaires

Lors d'une urgence cardiovasculaire, chaque minute compte. Grâce à son hélistation, la Clinique de la Sauvegarde, à Lyon, dispose d'un atout indéniable.

Article suivant

Le tri des déchets à l’hôpital : comment ça se passe ?

Réduire ses déchets, en faisant du recyclage, fait désormais partie de nos pratiques quotidiennes.