À Lille, les Ressources Humaines au cœur du dispositif contre l’épidémie

Article Par Ramsay Santé, le

Dans nos établissements, la lutte contre le Covid-19 implique de mobiliser toutes les ressources notamment humaines, de les encadrer et de leur assurer qu’elles pourront accomplir leur mission dans les meilleures conditions possibles.

À Lille, les Ressources Humaines au cœur du dispositif contre l’épidémie

Anne-Sophie Dockwiller, Directrice des Ressources Humaines du Pôle Lille Métropole Ramsay Santé

Au sein des établissements hospitaliers, la lutte contre le Covid-19 implique de mobiliser toutes les ressources notamment humaines, de les encadrer et de leur assurer qu’elles pourront accomplir leur mission dans les meilleures conditions possibles. C’est le rôle d’Anne-Sophie Dockwiller, Directrice des Ressources Humaines du Pôle Lille Métropole Ramsay Santé (10 établissements - 2 500 collaborateurs). Elle nous raconte la mobilisation contre l’épidémie.

Dans le cadre de l’épidémie Covid-19, quelles sont vos principales missions ? 

Nous sommes en mode "gestion de crise" sur notre pôle. Cela signifie notamment que nous effectuons chaque jour, une analyse de la situation et une coordination de nos actions avec l’ensemble des hôpitaux et cliniques du pôle, mais également avec la direction du groupe Ramsay Santé et l’Agence Régionale de Santé.
L’une de nos premières démarches a été de recenser le personnel mobilisable pour tenir sur la durée de la crise et de procéder à d’éventuels rappels de soignants retraités. 
L’autre objectif essentiel a été d’identifier des solutions de garde pour les enfants de nos personnels, afin qu’ils puissent continuer à venir travailler dans nos établissements. 
Sur l’aspect protection des soignants contre les risques de contamination, nous nous appuyons sur les recommandations officielles pour les protéger et des formations sont organisées en ce sens dans nos établissements. Nous avons également fait des appels aux dons pour les équipements de protection individuelle et fait installer des plexiglass de protection dans nos espaces d’accueil.

Comment se passe l’organisation au sein de l’établissement ?

L’augmentation du nombre de malades sur les Hauts de France ces derniers jours nous a conduit à renforcer notre capacité d’accueil en réanimation à bientôt 50 lits. La réorganisation a permis de mettre en place une prise en charge des patients de réanimation "non Covid" ou "Covid suspect" dans des structures dédiées.
Tout ceci implique d’anticiper les besoins en termes de ressources humaines, médicales, capacitaires et matérielles nécessaires à l’accueil des patients Covid-19 ou pour l’accueil de patients ne pouvant être pris en charge pour leurs soins urgents par l’hôpital public.

Que ressentez-vous dans ce contexte ?

Au milieu de toutes les tensions, la mobilisation de l’ensemble des acteurs de cette lutte contre la pandémie (praticiens, soignants, paramédicaux, personnels administratif et technique) est exemplaire. Nous sommes tous unis contre ce virus et sommes profondément reconnaissant vis-à-vis des soignants qui accomplissent leur mission avec la crainte d’une contamination qu’ils transmettraient à leur tour à leur famille. 

Avez-vous un message à transmettre au grand public ?

Restez chez vous, respectez le travail des soignants et facilitez-leur la tâche et la vie.

Article précédent

A la Clinique de l’Union, au chevet des patients Covid-19 du Grand-Est

Océane Desclos est infirmière en réanimation polyvalente à la Clinique de l’Union. Elle nous raconte comment elle et ses collègues prodiguent des soins au...

Article suivant

L'hôpital St Göran devient établissement hospitalier universitaire

Premier prestataire de soins de santé privé en Suède, l'hôpital St Göran (Capio, groupe Ramsay Santé) à Stockholm va devenir un établissement universitaire.