Mieux appréhender et prendre en charge l’endométriose

Article Par Ramsay Santé, le

L’endométriose est une maladie à plusieurs facettes. Pour être prise en charge de manière optimale, une équipe pluridisciplinaire est nécessaire.

Mieux appréhender et prendre en charge l’endométriose

L’endométriose concerne 10 % des femmes dans le monde en âge de procréer*. Il s’agit d’une maladie gynécologique chronique dont aucun traitement curatif n’existe pour l’heure. Elle peut être à l’origine de douleurs, parfois très intenses, au niveau de l’utérus et provoque souvent des problèmes d’infertilité. Mais au-delà de l’aspect purement médical et des douleurs physiques qu’elle cause, l’endométriose a des impacts négatifs directs sur le moral et le bien-être psychologique des femmes concernées.

À la Clinique du Mousseau, établissement Ramsay Santé situé à Évry-Courcouronnes (Essonne), le docteur Pernin est chirurgien gynécologue obstétricien. Anciennement chef de clinique à l’hôpital Cochin Port-Royal et à Villejuif, elle a notamment eu l’occasion de travailler au sein d’un groupe d’étude autour de l’endométriose ainsi qu'en oncologie.

Une prise en charge pluridisciplinaire nécessaire

L’endométriose est une maladie à plusieurs facettes. Pour être prise en charge de manière optimale, une équipe pluridisciplinaire sera nécessaire, « L’endométriose se compose de trois volets, introduit la spécialiste. Il y a une partie douleur, une partie fertilité et l’aspect fatigue notamment psychologique. Aujourd’hui, il y a un vrai retard sur les volets fertilité et prise en considération de la douleur. »

Pour réaliser le diagnostic d’endométriose, deux méthodes sont généralement adoptées : l’investigation à travers des questions qui orienteront immédiatement le spécialiste ou bien la réalisation d’un test d’imagerie. « L’équipe de radiographie de la clinique est très dynamique et le plateau technique riche, explique le Dr Pernin. Cela nous permet ainsi de réaliser des examens et des interventions chirurgicales très spécifiques lorsque c’est nécessaire. » Dans tous les cas, il sera primordial dans un premier temps de rassurer la patiente et de prendre rapidement en charge sa douleur, souvent incomprise. « Pour améliorer le volet psychologique éprouvant de cette maladie, nous suggérons parfois l’ostéopathie ou la médecine chinoise. Nous cherchons aussi à rassurer et éduquer les patientes avec des conseils relatifs à l’environnement et à la nutrition, comme la nécessité d’éviter à tout prix les perturbateurs endocriniens et autres pesticides qui aggravent l’endométriose », précise la spécialiste.

Rassurer autour de la fertilité et se sentir épaulée

Le volet fertilité que comporte l’endométriose est également abordé. « Aujourd’hui, le dialogue autour de l’infertilité est encore plus précoce. Si l’on en parle assez tôt, cela permet non seulement de rassurer et éventuellement de proposer à la patiente de préserver ses ovocytes, au même titre que pour une patiente atteinte d’un cancer. Même si, parfois, la PMA sera cependant nécessaire. » La méthode de conservation des ovocytes, qui a connu une évolution fulgurante ces cinq dernières années, permet au médecin de rester confiante quant à la fertilité des patientes atteintes d’endométriose.

D'une manière générale, la prise en charge débute par une consultation, sur recommandation ou bien après des interrogations restées sans réponse.. « Les patientes viennent souvent avec quelques examens déjà réalisés et cela nous donne les premières pistes. Ensuite, je vais poser des questions autour de la thérapie actuellement suivie, de son intimité et de ses douleurs, précise le Dr Pernin. Si la patiente n’a pas de désir immédiat de grossesse, nous  commençons alors un projet éducationnel (pour éloigner tous les perturbateurs endocriniens de son quotidien) et nous parlerons plus tard d’une conservation ovocytaire. » Rassurante et surtout très à l’écoute de ses patientes, le docteur privilégiera toujours la dédramatisation de la situation, un élément primordial pour aller vers le mieux-être.

 

* : http://frm.org/endometriose

Article précédent

Chutes et troubles de l’équilibre chez le sujet âgé : des signes à surveiller

À Marseille, les patients dits "chuteurs" sont reçus en consultation et pris en charge. 3 causes majeures sont à l'origine de ces chutes.

Article suivant

Le groupe Ramsay Santé lance une grande campagne de recrutement pour sa Direction Systèmes d'Information

Une vingtaine de postes sont à pourvoir, répartis entre le siège du groupe à Paris et les 132 hôpitaux et cliniques en région.