Octobre Rose : les équipes de la Clinique de la Sauvegarde toujours mobilisées

Article Par Ramsay Santé, le

Mieux vivre le cancer. Voici l’un des objectifs de la clinique pour ses patients.

Octobre Rose : les équipes de la Clinique de la Sauvegarde toujours mobilisées

La Clinique de la Sauvegarde propose chaque année de nouvelles initiatives afin de promouvoir Octobre Rose.

Si les établissements de santé restent toute l’année mobilisés dans la lutte contre le cancer du sein et pour la promotion du dépistage, au mois d’octobre, ils le sont encore plus… Diffusion d’information et de spots de prévention, sensibilisation du public ou encore partage de témoignages : Octobre rose, organisé par l’association Ruban rose, est l’évènement qui investit cliniques et hôpitaux pour lutter contre le cancer du sein.

La Clinique de la Sauvegarde (Lyon, Rhône-Alpes), établissement du groupe Ramsay Santé, propose chaque année de nouvelles initiatives afin de promouvoir Octobre rose. À travers son association Sauv’Santé, qui permet de financer des ateliers et animations au profit des patients de l’établissement, elle mettait jusqu’à présent en place un stand de sensibilisation autour du cancer du sein, réalisait un lâcher de ballons roses ou encore une tombola. Cette année, les initiatives s’adaptent à la distanciation sociale et aux gestes barrière : pas de rassemblement mais une arche de ballons et des blouses roses pour tous les collaborateurs. La lutte continue !

Une prise en charge optimale du parcours en cancérologie

Les services d’oncologie médicale et de chimiothérapie en ambulatoire de l’hôpital de jour permettent une prise en charge optimale des patients en parcours cancérologie. "Toute la semaine, les patients viennent réaliser leur chimiothérapie ou leur transfusion sanguine au service de chimiothérapie en ambulatoire, explique Mylène Authier, cadre de santé à la clinique. Le service d’oncologie médicale propose d’autres types de prises en charge. Les patients s’y rendent pour un diagnostic, le traitement d’effets secondaires ou de problématiques liées à la chimiothérapie. Cela impliquera quelques fois une hospitalisation."

Afin d’enrayer une routine parfois difficile à vivre pour les patients, de nombreuses animations sont régulièrement proposées au sein des services. "Si cette année nous avons dû nous adapter et limiter au maximum la venue de public, nous ne perdons pas de vue l’objectif : communiquer sur le dépistage du cancer du sein. Par exemple, des bracelets roses sont distribués à l’ensemble des professionnels pour donner une petite opportunité de rappeler aux patients que le dépistage est essentiel."

L’association Sauv’Santé et la palette des soins de support

Mieux vivre le cancer. Voici l’un des objectifs de la clinique pour ses patients. "Lorsque je suis arrivée à la clinique, l’association Sauv’Santé avait été créée afin de proposer des soins de support complémentaires, explique la cadre de santé. Désormais, les soins de support sont décuplés et pris intégralement en charge par la clinique. L’association permet d’apporter des animations complémentaires et des temps forts, bons pour le moral des patients." Dans le cadre de la prise en charge du cancer, trois soins de support doivent être obligatoirement proposés aux patients. Il s’agit d’un soutien psychologique, d’un suivi diététique et des conseils d’une assistante sociale. À la Clinique de la Sauvegarde, ces soins sont complétés par… cinq autres ! "Un ostéopathe, une socio-esthéticienne, une sophrologue et un hypnothérapeute viennent régulièrement à la rencontre des patients, trois heures par semaine. Les patients sont ravis de cette palette de soins de support !"

Associé à ces ateliers, un accord de dispense d’Activité physique adaptée dans un établissement tout proche est en place, ainsi que la venue régulière d’un médecin spécialisé dans la gestion de la douleur. "Toutes les équipes sont très investies dans chaque projet et évènement organisé. Le bien-être des patients est primordial." 

Si les choses ne se passent comme d’habitude pour cet Octobre rose 2020, les alternatives ne manquent pas et la mobilisation reste intacte.

Article précédent

Octobre rose : dépister le cancer du sein grâce à la mammographie

On détecte plus de 58 000 nouveaux cas par an, responsables de plus de 12 000 décès chaque année. Dans ce contexte, la mammographie peut donc sauver des vies…

Article suivant

Jeunes et écrans : que faire en cas d’addiction ?

Pendant le premier confinement, enfants et adolescents ont eu tendance à passer plus de temps devant les écrans. Alors, comment désintoxiquer les jeunes des...