Portrait de Claire, Sage-femme et responsable d'unité de soins en maternité

Article le

Découvrez le témoignage de Claire Saunier, sage-femme et responsable d’unité de soins en maternité à l'Hôpital privé de l'Estuaire.

Portrait de Claire, Sage-femme et responsable d'unité de soins en maternité

Découvrez le témoignage de Claire Saunier, sage-femme et responsable d’unité de soins en maternité à l'Hôpital privé de l'Estuaire

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Faire venir les enfants au monde est dans mon histoire familiale. A la campagne, bien que n’étant pas médecin, mon arrière-grand-père avait ce savoir-faire et on le sollicitait pour aider aux accouchements. Ma mère est également sage-femme. J’ai donc passé mon enfance à rôder autour des nurseries et ma vocation est née très tôt. En 1ere année de médecine, j’avais le classement nécessaire pour devenir médecin, mais j’ai poursuivi les études de maïeutique et je ne l’ai jamais regretté. En médecine, j’aurais dû choisir entre gynécologie et pédiatrie alors qu’en étant sage-femme j’ai ce double lien avec la femme et l’enfant.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier / dans votre quotidien ?

C’est un métier aux multiples facettes : impossible de s’ennuyer ! Il permet de développer tous les aspects de la relation humaine dans le soin : médical, psychologique, social, familial… On considère la patiente dans son ensemble et pas seulement dans son anatomie. C’est également ce qui m’a conduite à enrichir mes compétences, très tôt après la fin de mes études. En plus des soins classiques, je propose donc également aux patientes, de l’homéopathie et de l’aromathérapie pour gérer les troubles de la grossesse (nausées, douleurs ligamentaires, anxiété…). Grâce à la direction de l’hôpital, j’ai ainsi pu faire évoluer mes compétences et les inscrire dans une approche globale. Cela me permet aussi de rester dans la pratique en permanence, en parallèle de ma fonction de responsable d’unité, que j’apprécie énormément.

Avez-vous une passion ?

En dehors de mon métier, je pratique la pâtisserie et le dessin au pastel. Mais je suis passionnée par ma profession, car en plus du sentiment d’être utile, j’y apprécie la relation humaine. Lorsque des bébés naissent par césarienne, je suis très émue de ce moment où nous présentons le bébé à ses parents et, celui encore plus magique où il ouvre les yeux… au monde pour la première fois quelques minutes après sa naissance. Je me sens privilégiée d’être témoin de ce moment de découverte mutuelle.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Plus d’accouchements pour notre maternité ! J et en parallèle, continuer à développer l’accueil et la prise en charge globale des futures mamans et notamment dans sa dimension psychologique. Lien parents-bébé, détection de la dépression gravidique et du post partum, psychose puerpérale… toutes ses problématiques sont des sujets qui m’intéressent et qui représentent de véritables enjeux de santé publique.

Article précédent

Incendie à la Clinique de l'Ange Gardien

Jeudi 6 février 2020, la Clinique de santé mentale de l'Ange Gardien a été touchée par un incendie de grande ampleur.

Article suivant

Information coronavirus Covid-19

Informations sur l'épidémie de coronavirus Covid-19.