Portrait de Margot, responsable d'unité de soins

Article le

Découvrez le témoignage de Margot Pelanne, responsable d’unité de soins en chirurgie cardiaque, réanimation et post réanimation à l'Hôpital privé de Parly 2.

Portrait de Margot, responsable d'unité de soins

Découvrez le témoignage de Margot Pelanne, responsable d’unité de soins en chirurgie cardiaque, réanimation et post réanimation à l'Hôpital privé de Parly 2.

Depuis combien de temps travaillez-vous chez Ramsay Santé ?

Depuis Octobre 2018, mais j’ai commencé ma carrière à la Clinique des Cèdres du groupe Capio à Toulouse en 2014, qui est devenue depuis un établissement du groupe Ramsay Santé (NB : Ramsay Santé a racheté le groupe Capio en novembre 2018).

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Très jeune, je voulais déjà travailler dans le soin. Tout d’abord parce que j’avais beaucoup de respect et d’admiration pour les infirmières qui venaient prendre soin de mon grand-père hémiplégique, qui habitait près de nous. Je les regardais s’occuper de mon grand-père et je voyais tout le bien qu’apportait ce métier aux personnes.

Comme je suis très sportive, je pensais plutôt me diriger vers des études de kiné. Mais, lors d’un salon dédié à l’orientation professionnelle, la personne qui animait le stand des métiers infirmiers était bien plus sympa et passionnée que la personne qui tenait le stand kiné. Et c’est comme ça que j’ai décidé de passer le concours d’infirmière. Après avoir exercé mon métier d’infirmière pendant 2 ans, j’ai souhaité reprendre mes études et je me suis inscrite en master en pensant me diriger vers la recherche clinique. Mais je n’aimais pas particulièrement les statistiques et mes professeurs m’ont encouragée à m’orienter vers le management. Je suis donc devenue responsable de services de soins.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier / dans votre quotidien ?

Le lien qui se crée entre tous, soignants et patients. C’est un métier difficile, qui est mal reconnu financièrement. Mais nous soignons des personnes et les échanges humains sont très forts. En tous les cas, ils sont très importants pour moi. C’est une belle récompense quand un patient me dit qu’il est content de l’équipe qui l’a soigné. C’est mon rôle de créer les conditions de la confiance avec chaque membre de l’équipe. Tout repose sur la confiance et le respect réciproque lorsque l’on est un manager de proximité. Il faut pouvoir tout se dire, surtout s’il y a un problème. Il y a tellement d’intervenants autour d’un patient que la circulation de l’information est un enjeu majeur.

Avez-vous une passion ?

Oui, le sport. J’ai fait beaucoup de course à pied à haut niveau : de la course de montagne, du cross, des courses de 10km. Depuis que je suis devenue infirmière j'ai arrêté le sport de haut de niveau, maintenant ce n'est que par plaisir, car le temps est précieux, d’autant plus que je suis maintenant maman depuis 6 mois. Le sport de haut niveau m'a beaucoup appris : motivation,  rigueur et goût de l'effort. Mon ancien entraîneur Fabrice Morales m'inspire beaucoup dans mon quotidien de manager. Pour lui, tout était basé sur la confiance, mais il ne fallait pas le décevoir, il fallait que « ça tourne »…comme dans mon unité de soins aujourd’hui !

Vos collègues vous donnent-il un petit nom / surnom ?

Pas particulièrement, ou alors " la chef " en rapport avec ma position de manager.

Article précédent

Adieu la cicatrice trop visible de la Thyroïdectomie grâce à une technique chirurgicale inédite

Baptisée TOETVA (Transoral Endoscopic Thyroïdectomy Vestibular Approach) ou TOT, cette technique mini-invasive sous coelioscopie est pratiquée depuis le mois...

Article suivant

Patient Debout !

Le parcours « Patient debout » concerne tous les types de prise en charge… L’époque du trajet au bloc, sur un brancard, semble révolue, à la faveur d’un...