Portrait de soignant : Isabelle, responsable hôtelière

Article le

Depuis 5 ans, Isabelle Billaudel est responsable hôtelière à la clinique Belharra.. Depuis le début de la pandémie, le rythme s’est fortement accéléré avec le renforcement des protocoles de désinfection.

Portrait de soignant : Isabelle, responsable hôtelière

Depuis 5 ans, Isabelle Billaudel est responsable hôtelière à la Clinique Belharra. Avec son équipe, elle s’assure de la bonne tenue des espaces tels que les services d’hospitalisation, les blocs opératoires, les parties communes et la lingerie de tout l’établissement. Depuis le début de la pandémie, le rythme s’est fortement accéléré avec le renforcement des protocoles de désinfection. Isabelle revient sur son quotidien et l’organisation méthodique de son équipe.

Jusqu’à présent, les cliniques basques Belharra et Aguiléra font partie de celles qui ont été épargnées par la vague de patients Covid. Cependant, toutes les équipes, dont celle d’Isabelle, restent en alerte. À cette occasion, de nouvelles pratiques ont été initiées et conservées.

 

Bio-nettoyage renforcé, organisation repensée

Dans le contexte de l’épidémie, plusieurs choses ont changé dans le quotidien d’Isabelle Billaudel. Particulièrement en ce qui concerne les protocoles de bio-nettoyage1. « Nous avons dû en créer de nouveaux, afin d’être sûr que nos actions soient virucides », explique la responsable. Pour cela, un seul mot d’ordre : tout doit être sain. « Nous avons décidé de considérer que toute la clinique pouvait potentiellement contenir le Covid-19. Ainsi, nous avons appliqué la même méthode de bio-nettoyage, partout ! Le personnel se déplace librement d’un service vers un autre et il est donc nécessaire d’appliquer le même niveau de vigilance pour tous les secteurs de l’établissement ».

Ces nouveaux processus de bio-nettoyage ont été élaborés dès le 17 mars, date de création de la cellule de crise de la clinique. « Étant en troisième ligne, derrière les établissements de Bordeaux et Bayonne, nous tenions à être prêts à tout moment. La cellule s’est alors réunie tous les jours, afin de réaliser un état des lieux de la clinique, des nouvelles mesures à prendre, ou encore afin de statuer sur les commandes de matériel à venir, comme les blouses et masques. Parallèlement à ce travail en interne, des infirmiers de notre établissement sont partis pour renforcer les équipes des hôpitaux parisiens ». 

 

Se rassurer et s’entraider 

Au début de la pandémie, la peur s’est répandue au sein des équipes. « Nous venions au travail un peu inquiets, et en tant que chef de service, je redoutais beaucoup l’absence de collaborateurs pour cause d’arrêt maladie... Mais je me suis rapidement rendue compte que les personnels étaient très impliqués, raconte Isabelle Billaudel. Les 55 personnes qui composent l’équipe d’Isabelle partagent en effet toutes le même sens du collectif et l’envie d’aider, ce dont cette responsable se réjouit : « je suis très fière d’eux ! Nous avons su nous rassurer et nous entraider pour avancer ensemble ». D’autant qu’au-delà des dispositifs de sécurité pris à l’attention des patients, tout était également pensé pour assurer la protection des soignants. 

Désormais, la responsable hôtelière n’a qu’un souhait : « que l’activité redémarre ! que les collègues en CDD puissent revenir. Nous sommes préparés et nous ne changerons rien en cas de deuxième vague. Nous profitons juste de l’accalmie pour reprendre notre souffle ». 

Toutefois, en restant vigilant et assidu, chacun permettra de pérenniser les efforts considérables réalisés par le corps soignant tout au long de ces dernières semaines. C’est pourquoi, Isabelle et son équipe insistent sur l’importance du maintien des gestes barrière. « C’est très important : porter un masque, utiliser des solutions hydroalcooliques, se laver les mains... cela doit vraiment faire partie de notre quotidien. Cette pandémie est aussi une leçon d’hygiène ».

 

Méthode de nettoyage qui consiste à désinfecter un lieu. Possède de grandes vertus virucides.

Article précédent

Consultation citoyenne : comment protéger les jeunes contre le harcèlement scolaire ?

Faire émerger des solutions concrètes et contribuer à prévenir le harcèlement scolaire, tel est l’objectif de cette consultation citoyenne, menée par la...

Article suivant

La Clinique d’Argonay renforce sa prise en charge de la cancérologie gynécologique

À la Clinique d’Argonay, le versant gynécologique de la cancérologie se renforce grâce à la mise en place d’une équipe plus étoffée et davantage spécialisée.