Ramsay Santé Ambulances : l’entraide par le covoyage

Article le

Face à un afflux inhabituel de patients, certains hôpitaux et cliniques ont besoin de renforts. C’était sans compter sur la solidarité entre établissements, notamment à travers le covoyage.

Ramsay Santé Ambulances : l’entraide par le covoyage

Comme en témoignent chaque soir les applaudissements à nos fenêtres, le corps médical est en première ligne dans le combat mené contre le coronavirus. Mais face à un afflux inhabituel de patients, certains hôpitaux et cliniques ont besoin de renforts. Encore faut-il acheminer les personnels… C’était sans compter sur la solidarité entre établissements, notamment à travers le covoyage.

Ramsay Santé Ambulances (Groupe STEP) assure les transports sanitaires (ambulances, VSL1), les transports de personnes mais aussi les pompes funèbres. Elle possède également une flotte de minibus. Cette dernière assure des tournées quotidiennes pour les hôpitaux de jour, services de soins de suite et de réadaptation des cliniques IRIS2, dans la région lyonnaise. Cependant, compte tenu des circonstances exceptionnelles liées à la pandémie, ces tournées quotidiennes sont momentanément interrompues. L’occasion idéale de mettre à profit différemment l’exploitation de ces flottes…

 

De Montélimar à Trappes, itinéraire de soignants en renfort

Lorsque Jean-Luc Labrosse, directeur général des cliniques IRIS a contacté Aurélie Bayon, directrice des opérations au sein de Ramsay Santé Ambulances, la solidarité s’est immédiatement mise en place. « Nous connaissons bien les cliniques IRIS car nous travaillons beaucoup à leurs côtés, explique Aurélie Bayon. Jean-Luc Labrosse m’a contactée car il avait besoin d’acheminer des soignants de Montélimar à Trappes, ville qui manque actuellement de soignants. Nous n’avons pas hésité une seconde à leur prêter deux minibus ».

Dès le lendemain, deux chauffeurs ont récupéré trois soignants chacun (limite maximale autorisée, mesures de prévention contre la pandémie obligent). Le départ s’est effectué depuis la clinique Kennedy de Montélimar avec un arrêt à la clinique IRIS de Marcy l’Etoile, avant de rejoindre Trappes et l’Hôpital privé de l’Ouest Parisien. « Les six soignants ont récupéré les clés et papiers des deux véhicules. Ils sont logés sur place mais auront besoin de se déplacer. » 

 

D’autres opérations à venir

Les soignants qui ont pris part à cette première opération de renfort seront de retour chez eux le 5 avril. D’autres soignants prendront alors le relai. « Ces transferts seront amenés à être répétés en fonction des besoins des différentes cliniques et hôpitaux. Six soignants pourront à leur tour prêter main forte », explique la directrice des opérations.

Parallèlement, l’activité de l’entité Ramsay Santé Ambulances n’est pas en reste : elle assure sans discontinuer les transferts de personnes atteintes du Covid-19. « Nos chauffeurs, ambulanciers et soignants poursuivent le combat chaque jour et accompagnent les patients touchés. »

Des mesures inédites sont cependant appliquées pour chacun des transferts. « Avec le Covid-19, nous avons dû déployer un kit de protection spécial : des lunettes, une charlotte, une sur-blouse, un masque et des gants à changer après chaque manipulation », précise Aurélie Bayon. Des procédures contraignantes pour les soignants mais nécessaires pour éviter toute contamination.

Ces premiers covoyages sont le reflet d’une collaboration efficace et réussie. Ils ouvrent ainsi la voie à d’autres opérations d’entraide, au sein du groupe Ramsay Santé mais également auprès d’établissements publics.

 

1 Véhicule sanitaire léger.

Cliniques IRIS de Saint-Priest, de Marcy l’Etoile et de Lyon.

Article précédent

Jamila, aide-soignante en première ligne face au covid

Jamila Dib est aide-soignante. Habituellement affectée au service ambulatoire, elle a rejoint les rangs du service dédié aux patients touchés par le...

Article suivant

A la Clinique de l’Union, au chevet des patients Covid-19 du Grand-Est

Océane Desclos est infirmière en réanimation polyvalente à la Clinique de l’Union. Elle nous raconte comment elle et ses collègues prodiguent des soins au...