Ramsay Santé : vaccination Covid-19, c’est parti !

Article Par Ramsay Santé, le

Depuis le 7 janvier 2021, les établissements du groupe Ramsay Santé ont enclenché la vaccination contre la Covid-19.

Ramsay Santé : vaccination Covid-19, c’est parti !

Photo : Nataliya Vaitkevich - Pexels

Depuis le 7 janvier 2021, les établissements du groupe Ramsay Santé ont enclenché la vaccination contre la Covid-19. 

Dans le cadre de la stratégie vaccinale mise en place par le gouvernement, les premiers bénéficiaires sont les membres du personnel de santé volontaires de plus de 50 ans et/ou avec facteurs de comorbidité*, ainsi que les patients fragiles.

À ce jour, deux vaccins ont obtenu une autorisation de mise sur le marché français dans l’indication « immunisation active pour prévenir la Covid-19 due au virus SARS-CoV-2, chez les personnes âgées de 16 ans et plus » : 

  • le vaccin Pfizer, depuis le 21 décembre
  • le vaccin Moderna, depuis le 8 janvier

Les vaccins Pfizer et Moderna reposent tous les deux sur la technologie de l’ARN Messager : des instructions génétiques pénètrent directement les cellules humaines, qu’elles reprogramment pour qu’elles fabriquent elles-mêmes un antigène du coronavirus afin de déclencher une réponse du système immunitaire. 

Des vaccins efficaces avec des contraintes de conservation importantes

Leur administration se fait en 2 doses, par voie intramusculaire dans le bras (Pfizer avec un intervalle de 21 jours vs 28 jours pour Moderna. Les études ont prouvé leur efficacité à 94/95%, 7 jours après l’injection de la seconde dose vaccinale. Cependant, à ce stade, il n’y a pas de données disponibles sur l’impact de la vaccination sur la transmission du virus et la durée de protection est en cours d’évaluation dans les essais cliniques.

La contrainte principale réside dans leurs conditions de conservation. Le Pfizer doit être stocké par -70°C, puis 5 jours au plus dans un réfrigérateur traditionnel (entre 2 et 8°C). Pour le Moderna la conservation longue durée est à -20°C, puis 30 jours dans un réfrigérateur standard. 

La vaccination des soignants et des malades les plus fragiles : une priorité

L’ensemble de nos 133 hôpitaux et cliniques est mobilisé et tous nos établissements ont recensé les personnes souhaitant bénéficier de la vaccination dans le cadre de la stratégie définie par les autorités publiques. « 80% de nos médecins et 45% des soignants sont prêts à être vaccinés, explique Pascal Roché, Directeur Général du groupe, l’important est de pouvoir offrir la vaccination à celles et ceux qui le souhaitent ».

La campagne lancée il y a moins d’une semaine concerne déjà plus des ¾ de nos établissements.

Pour les patients fragiles, notamment les immunodéprimés, l’heure est à la vaccination aussi, en commençant par les personnes dialysées. « Nous avons chaque semaine plus de 400 patients en dialyse dans nos centres, et nous avons déjà recueilli leur consentement. La 1ère injection pourra être faite dès la 3ème semaine de janvier à 350 d’entre eux. »

En Suède, Capio, part of Ramsay Santé, vaccine déjà dans les maisons de retraite où le Groupe a une responsabilité médicale.

 

Vers une vaccination massive ?

Ramsay Santé se tient prêt à aider à la vaccination des populations éligibles et du grand public. Les Autorités de tutelles et certains hôpitaux publics ont sollicité un soutien pour venir renforcer leur action sur les territoires, grâce à l’ouverture de lieux de vaccination notamment en Île-de-France et à Lille.

Pour en savoir plus sur :

C'est tous ensemble que nous viendrons à bout de cette pandémie !

 

 

La stratégie vaccinale mise en place repose sur trois caractéristiques : non obligatoire, gratuite, sécurisée. Elle doit permettre de remplir trois objectifs de santé publique :

  • Faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie
  • Protéger les soignants et le système de soins
  • Garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination

 

* Obésité, diabète, hypertension artérielle…

Article précédent

Prise en charge de l'AVC : quand chaque minute compte

Certains signes permettent de détecter un accident vasculaire cérébral (AVC).

Article suivant

La 3D au service de la chirurgie orthognathique

Les défauts de positionnement de la mâchoire sont désormais pris en charge de manière ultraperfectionnée, notamment grâce à l’utilisation de la 3D.