Soignants : une formation pour les accompagner lors des décès des patients Covid

Article Par Ramsay Santé, le

En pleine crise du coronavirus, le groupe a mis au point un accompagnement permettant aux équipes soignantes de faire face aux décès de patients Covid+.

Soignants : une formation pour les accompagner lors des décès des patients Covid

Comment faire face aux décès de patients Covid+ ?

Courant avril 2020, les soignants des établissements Ramsay Santé ont pu bénéficier d’une formation inhabituelle... En pleine crise du coronavirus, le groupe a mis au point un accompagnement permettant aux équipes soignantes de faire face aux décès de patients Covid+. L’objectif ? Aider à la compréhension des nouvelles procédures et à la gestion émotionnelle de ces situations inédites.

Émilie Rouillard, aide-soignante au bloc opératoire et en unité de soins continus à l’Hôpital privé de Versailles (Île-de-France) a intégré le service de réanimation Covid de l’hôpital pendant un mois. Son équipe y a accompagné des patients atteints du virus, jusqu’au décès de certains d’entre eux. Elle a bénéficié de la formation d’accompagnement, mise en place au sein de l’établissement.

Un quotidien bouleversé

"Notre premier cas Covid est arrivé le 26 mars, explique Émilie. L’organisation a dû être entièrement repensée : la salle de réveil a été transformée en salle de réanimation. Des soignants, dont j’ai fait partie, se sont portés volontaires pour intégrer la filière Covid". 
Dans cet établissement, le dernier patient atteint du coronavirus a pu rentrer chez lui le 21 avril. Pendant près d’un mois, Émilie et ses collègues ont donc été confrontés à la réalité de cette pandémie et la mortalité qu’elle a engendrée.

Accompagner les soignants

Pour les aider les soignants à aborder cette situation complexe, la direction a donc mis au point une formation spécifique. En effet, gérer les décès en période de Covid ne s’improvise pas. "Il y a un protocole précis à respecter, précise Émilie. Rien ne doit être laissé au hasard". 
La formation a donc été l’occasion de faire le point sur les consignes à respecter : arrêt complet des toilettes mortuaires, retrait des pacemakers par un médecin conservation du corps pendant deux heures, scellement des cercueils à l’hôpital et incinérations systématiques… "Pour rendre la situation moins difficile, nous proposions aux familles d’amener des dessins, lettres ou objets à déposer dans le cercueil".

Afin de ramener un peu d’humanité à l’hôpital, les équipes médicales ont fait leur possible pour que les patients plongés dans un état critique puissent revoir leurs proches une dernière fois. "Nous avons peu à peu ré-autorisé les visites pour les patients dont l’état de santé laissait présager un décès imminent." Les équipes ont donc accueilli l’entourage, en respectant toutes les règles de sécurité. 

Une manière de soutenir les familles dans leur processus de deuil… et de guider les équipes soignantes pour appréhender ces évènements peu ordinaires.

Article précédent

La réalité virtuelle pour traiter les troubles anxieux

Depuis cinq ans, la Clinique de l’Escrebieux utilise la thérapie par la réalité virtuelle (TRV) auprès de ses patients-souffrants de troubles anxieux.

Article suivant

Dépression maternelle : un trouble à prendre au sérieux

Pour mieux la dépister, un outil d’évaluation du risque de dépression a été mis au point pour les futures et jeunes mères : le questionnaire d’Edimbourg.