Vaccin contre la grippe : un enjeu de taille

Article Par Ramsay Santé, le

En pleine crise sanitaire, les craintes liées au retour de la grippe sont plus d’actualité que jamais.

Vaccin contre la grippe : un enjeu de taille

La couverture vaccinale antigrippale reste à ce jour le moyen le plus efficace pour se prémunir contre le virus.

En pleine crise sanitaire, les craintes liées au retour de la grippe sont plus d’actualité que jamais. Chaque année, ce sont de 2 à 8 millions de personnes qui sont touchées par cette infection virale respiratoire, particulièrement contagieuse. Le Dr Goulenok revient sur les enjeux soulevés par la vaccination contre la grippe en plein cœur de la pandémie de Covid. 

Cyril Goulenok est médecin réanimateur à l’Hôpital privé Jacques Cartier (Île-de-France), un établissement du groupe Ramsay Santé, et collaborateur à la chaire santé de Sciences Po

"La grippe n’est pas une pathologie anodine !"

On attribue à cette épidémie saisonnière une surmortalité de 10 000 à 15 000 décès par an, principalement chez les personnes de plus de 65 ans ou atteintes de pathologies graves. La couverture vaccinale antigrippale reste à ce jour le moyen le plus efficace pour se prémunir contre le virus. Le vaccin doit être renouvelé chaque année entre octobre et janvier. Mais pour l’heure, la majorité de la population n’y a pas recours. En effet, 51% des plus de 65 ans se sont fait vacciner en 2018-19 et seulement 29,7% des moins de 65 ans. 

Avec la crise sanitaire, le recours à la vaccination apparaît comme un moyen sûr d’éviter des drames au sein de la population la plus fragile et de mettre sous tension les établissements de santé, déjà en flux tendu. "La pandémie a peut-être changé les mentalités. Nous espérons que, cette année, la population sera plus disposée à se faire vacciner… On connaît désormais les conséquences désastreuses que peuvent avoir les virus sur la santé, sur notre système de santé et sur les prises en charge en général, dont beaucoup ont dû être repoussées à cause de la Covid", explique le Dr Goulenok. Cet hiver, il faudra à tout prix éviter que Covid et grippe ne cohabitent. "On ne connaît pas les effets d’une telle cohabitation sur la santé mais on sait qu’ils sont tous les deux capables de saturer le système de soin très rapidement. C’est pour cela que la vaccination contre la grippe est plus pertinente que jamais."

Protéger les soignants 

Quant aux professionnels de santé, seulement 34,8% d’entre eux ont eu recours à la vaccination en 2019. Un état de fait qu’il est impératif de faire évoluer : "Cette année plus que les autres, les campagnes de vaccination doivent être encouragées auprès des soignants. Il s’agit d’une population très exposée, qui travaille directement au contact de patients fragiles." Le médecin préconise donc une optimisation des campagnes de vaccination au sein même des établissements de santé où la pédagogie sera renforcée ainsi que l’accessibilité au vaccin "Il faut communiquer et rendre la vaccination gratuite et accessible à tous. Ce n’est qu’en optimisant la logistique autour du vaccin qu’on pourra obtenir de meilleurs résultats." 

En revanche, pour le Dr Goulenok, pas question d’imposer le vaccin aux soignants. "La campagne de vaccination doit rester de l’ordre de la recommandation. Les soignants ont montré leur implication et leur responsabilité morale tout au long de la crise. L’heure est à la confiance… Il faut laisser aux soignants la liberté d’exprimer leur responsabilité morale envers les patients." Un positionnement éthique pour faire face à l’urgence de la situation.

Article précédent

Journée mondiale de la santé mentale

Le 10 octobre est la Journée Mondiale de la Santé Mentale.

Article suivant

Une salle "nature" pour les accouchements à la Clinique Belharra

La Clinique Belharra (Bayonne, Sud-Ouest) a développé une salle d'accouchement physiologique, dite "nature", au cœur de sa maternité.