Les Trophées de la FHP distinguent l'accueil innovant des personnes sourdes à la Clinique de l'Union

Article le

Un nouveau dispositif visant à accompagner les patients sourds tout au long de leur prise en charge a été mis en place à la Clinique de l'Union.

Les Trophées de la FHP distinguent l'accueil innovant des personnes sourdes à la Clinique de l'Union

La Clinique de l'Union a présenté aux Trophées de la FHP son dispositif d'accueil des personnes sourdes

Le 11 décembre dernier, se déroulait la cérémonie de remise des Trophées de la FHP. Ce fut l'occasion pour la Clinique de l'Union (Toulouse), qui figurait parmi les 5 finalistes, de présenter son dispositif innovant d'accueil des personnes sourdes.

En effet, à Toulouse, où vit une importante communauté de sourds1, la Clinique de l’Union a décidé d’agir pour rendre les soins plus accessibles à cette population
En France, 7 millions de personnes reconnaissent avoir une déficience auditive2, véritable obstacle dans la vie de tous les jours, y compris à l’hôpital. "Bien souvent, les soins médicaux sont réalisés sans interprète, explique Sylvie Lenoir, pédiatre. Or, les personnes sourdes ne perçoivent en moyenne que 30% de l’information en lisant sur les lèvres, et leur compréhension du langage écrit est parcellaire". 

Pour faire face à cette situation, un nouveau dispositif visant à accompagner les patients sourds tout au long de leur prise en charge a été mis en place.
 
Celui-ci s’appuie sur deux leviers :

Un double accompagnement humain 

Un binôme constitué d’un interprète et d’un intermédiateur, soumis au secret professionnel, assisteront les personnes sourdes lors de leur consultation et d’une éventuelle hospitalisation.

"L’interprète professionnel est en mesure de restituer une traduction fidèle des propos de l’équipe médicale et du patient, ce qui fluidifie considérablement la communication. Mais la traduction ne fait pas tout, précise le Dr Lenoir. C’est pour cela que la présence d’un intermédiateur est primordiale, car il s’assure de la bonne compréhension et de la libre expression de la personne sourde".

La question de l’éthique remise au cœur du dispositif

Ce dispositif vise également à résoudre le problème fondamental de l’accessibilité de la médecine libérale aux personnes sourdes, mais également de remettre l’éthique au centre de la prise en charge.
"Jusqu’ici, la question du consentement au soin de ces personnes n’était pas soulevée. La confidentialité, lorsque l’« interprète » se trouve être un membre de la famille par exemple, n’était pas non plus respectée. Nous espérons ainsi réduire la discrimination silencieuse à l’encontre des sourds", conclut Sylvie Lenoir. 

Un moyen concret de faciliter la prise en charge en garantissant un consentement éclairé, et de redonner aux sourds le pouvoir de comprendre et d’agir sur leur santé.

 

Découvrez la vidéo de présentation du dispositif d'accueil mis en place.

 

Sources :
1 : Toulouse étant la seule académie en France à proposer une filière complète d’enseignement en langue des signes française annuaire-audition.com
2 : surdi.info

Article précédent

Dialyse et solidarité

La Clinique du Mousseau, à Évry (91), a fait don de générateurs de dialyse à l’association Transaxe équipement, qui les redistribue en Afrique et en Asie.

Article suivant

Scanner, IRM, radiologie, ou quand le 93 collectionne les images

L'Agence nationale d’appui à la performance (ANAP) a proposé au docteur Patrick Laugareil d’exposer son modèle de coopération territoriale.