Mieux connaître l’endométriose

Article Par Ramsay Santé, le

Quels sont les causes et les symptômes de l’endométriose ? Comment la traiter ? Le Dr Ducoulombier, gynécologue-obstétricien à l’Hôpital privé Jean Mermoz (Lyon), répond.

Mieux connaître l’endométriose

L’endométriose, une maladie gynécologique chronique qui touche 1 femme sur 10.

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique qui touche 1 femme sur 10. Elle est due à la présence d’endomètre* en dehors de l’utérus. Parfois asymptomatique, cette maladie peut également être douloureuse au point d’être invalidante chez certaines femmes.

Quels sont les causes et les symptômes de l’endométriose ? Comment la traiter ? Réponse avec le Dr Simon Ducoulombier, gynécologue-obstétricien à l’Hôpital privé Jean Mermoz, établissement Ramsay Santé situé à Lyon. 

3 types d’endométriose 

L’endométriose est une maladie hormonodépendante, c’est-à-dire qu’elle est sensible aux différentes variations hormonales. Ses causes restent mal connues. Il existe trois différents types :

  • L’adénomyose désigne la colonisation du muscle utérin par l’endomètre. Cette forme d’endométriose augmente le volume et les douleurs de règles.
  • L’endométriose superficielle correspond à une implantation de cellules endométriosiques sans atteinte profonde, ce qui augmente les douleurs de règles.
  • L’endométriose profonde concerne la formation de nodules ou kystes sur les ovaires, ce qui augmente les douleurs de règles et peut provoquer d’autres douleurs (dans le rectum, le tube digestif, les ovaires ou encore la vessie).

En période de règles, l’endométriose cause douleurs pelviennes et fatigue, mais elle influe aussi sur la digestion (diarrhées, constipation), le système urinaire et peut rendre les rapports sexuels douloureux. Dans certains cas, elle peut également diminuer la fertilité.

Quelle prise en charge ?

« Pour la détecter, il faut d’abord faire une IRM pelvienne, explique le Dr Simon Ducoulombier. Puis, on met en place un traitement hormonal (la pilule), le seul qui permette à ce jour de diminuer les douleurs. S’il ne fonctionne pas, on procède alors à une échographie pelvienne et, dans certains cas, on opère pour retirer l’endomètre. » 

À ce jour, on ne guérit pas de l’endométriose, mais « les prises en charge évoluent et on sait de mieux en mieux comment gérer la douleur », précise le gynécologue. Celle-ci finit généralement par disparaître à l’arrivée de la ménopause.

Mieux vivre avec l’endométriose

Même s’il n’existe pas de traitement définitif contre cette maladie, l’hormonothérapie et le choix d’une hygiène de vie particulière permettent aux femmes atteintes d’endométriose de mieux vivre au quotidien. 

Ainsi, en complément des traitements médicaux, le recours à une alimentation spécifique aide les patientes dans leur quotidien. « On privilégiera les aliments qui limitent les inflammations intestinales : les protéines végétales, les poissons gras pour les oméga-3, les légumes, les fruits, etc. Il est aussi préférable de limiter la viande rouge, les aliments trop gras ou trop sucrés », conclut le Dr Ducoulombier. En complément, un sommeil de qualité et une pratique physique régulière peuvent aussi diminuer les douleurs et faciliter le quotidien des femmes concernées.

* : Tissu recouvrant la paroi interne de l’utérus.

Article précédent

La photographie pour mieux accepter ses formes

Un projet photographique vient compléter le parcours de prise en charge établi par les spécialistes du Centre Spécialisé de l’Obésité (CSO) Lyon Sauvegarde ...

Article suivant

Octobre rose 2020 : se réinventer à l’heure de la Covid

Les établissements de santé n’ont pas abandonné l’idée de poursuivre leurs campagnes de prévention et de dépistage, notamment autour d’Octobre rose.