Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel

Maladie de Crohn

J’ai la maladie de Crohn

Maladie inflammatoire chronique intestinale, la maladie de Crohn peut toucher n’importe quelle partie du tube digestif. On ne peut guérir de cette pathologie, mais les traitements actuels permettent, le plus souvent, de contrôler la maladie et de mener une vie normale.

Maladie de Crohn

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) de cause inconnue. Contrairement à la rectocolite hémorragique qui n’atteint que le côlon et le rectum, la maladie de Crohn peut toucher n’importe quelle partie du tube digestif, de l’œsophage à l’anus. Néanmoins, elle concerne le plus souvent le côlon (ou gros intestin) et la partie terminale de l’intestin grêle (l’iléon). La maladie de Crohn se déclare le plus souvent entre 20 et 30 ans, mais peut survenir à tout âge. Elle évolue sous forme de poussées : les périodes d’activité de la maladie (apparition des symptômes) sont séparées de périodes de rémission et d’accalmie (disparition des symptômes).

Comment diagnostique-t-on la maladie de Crohn ?

Plusieurs examens et analyses sont souvent nécessaires pour diagnostiquer la maladie de Crohn. Ils comprennent, notamment, un examen physique complet du patient, des endoscopies, des examens d’imageries tels que le scanner et l’IRM et des analyses sanguines.

Quels sont les symptômes de la maladie de Crohn ?

Lors des périodes d’activité, la maladie peut causer divers symptômes selon sa localisation : des douleurs et crampes abdominales accentuées après les repas, des diarrhées (avec ou sans saignement), des pathologies anales comme les fissures (plaie causant des douleurs de l’anus), des abcès ou des fistules anales (écoulement permanent de pus autour de l’anus). Une fatigue et un malaise général, un faible appétit et une perte de poids (même avec un régime alimentaire équilibré) peuvent également être observés. D’autres symptômes peuvent survenir tels que la présence de sang ou de glaires dans les selles, des nausées et vomissements, une légère fièvre et des douleurs aux articulations.

Y a-t-il des facteurs favorisants ?

Une prédisposition génétique et le tabac peuvent jouer un rôle. Une réaction contre la flore intestinale peut aussi être en cause.

Quelles sont les principales complications ?

La maladie de Crohn peut entraîner diverses complications : occlusion intestinale, perforation du tube digestif (abcès, péritonite), lésions anales comme les fissures, abcès ou fistules, hémorragies du tube digestif, dénutrition, anémie en raison de saignements répétés, retard de croissance et de puberté. Enfin, comme la rectocolite hémorragique, la maladie de Crohn multiplie par 2 à 2,5 le risque de cancer colorectal. Un dépistage régulier par coloscopie est donc nécessaire après plusieurs années d’évolution. D’autres manifestations non digestives de la maladie de Crohn peuvent survenir avec atteinte des articulations, de la peau, de la bouche et des yeux. Avant d’envisager une grossesse, il est donc préférable que la maladie de Crohn soit bien contrôlée par les traitements.

Quel en est le traitement ?

Il n’existe pas de traitement permettant de guérir définitivement la maladie de Crohn mais de nombreux médicaments très efficaces permettent le plus souvent de contrôler parfaitement la maladie et de mener une vie normale. Les solutions existantes peuvent juguler l’inflammation pour soulager les symptômes (douleurs, crampes, diarrhées...). Durant les crises, il est conseillé de diminuer la consommation de fibres alimentaires (essentiellement fruits et légumes) qui augmentent le volume et le nombre des selles. La chirurgie peut être nécessaire pour traiter certaines complications comme l’occlusion, la perforation, l’hémorragie intestinale ou les complications anales de la maladie. Dans certains cas, la chirurgie peut être proposée en dehors de toute complication pour enlever une portion du tube digestif atteinte par la maladie, qui ne peut être convenablement traitée par les médicaments. Le chirurgien peut être amené à mettre temporairement en place un anus artificiel (soit une poche), afin de permettre la bonne cicatrisation des sutures digestives.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.