Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Pancréatite chronique

J’ai une pancréatite chronique


Causée, le plus souvent, par la consommation d’alcool, la pancréatite chronique aboutit, à terme, à la destruction du pancréas.

Pancréatite chronique

Qu’est-ce qu’une pancréatite chronique ?

C’est une maladie inflammatoire chronique provoquant la destruction progressive du pancréas. Elle se caractérise par la formation de calculs (calcifications) dans les canaux du pancréas. Cet organe produit le suc pancréatique indispensable à la digestion des aliments ainsi que des hormones telles que l’insuline. La destruction du pancréas provoque la perte de ces deux fonctions et peut engendrer de nombreuses complications.

Quelles sont les principales causes de pancréatite chronique ?

L’alcool est la cause la plus fréquente (80 à 90 % des cas). Le risque de développer une pancréatite chronique calcifiante débute dès les faibles consommations d’alcool lorsque la consommation d’alcool est prolongée. Les autres causes, beaucoup plus rares (environ 10 % des cas), sont :

  • un excès de calcium, par exemple lié à une anomalie des glandes parathyroïdes (petite glande près de la thyroïde) ;
  • les formes génétiques ;
  • les formes auto-immunes (présence d’anticorps dirigés contre le pancréas).

Dans certains cas, on ne retrouve aucune cause connue.

Quels sont les symptômes ?

Le signe le plus fréquent d’une pancréatite est la douleur située au milieu de la partie supérieure de l’abdomen, à type de crampe, de coup ou de pesanteur. Elle peut s’étendre dans le dos et sur les côtés de l’abdomen. La prise alimentaire ou d’alcool peut aggraver ou déclencher les douleurs. À l’inverse, la position penchée en avant, « en chien de fusil », peut les soulager, en partie. La douleur de la pancréatite chronique évolue par poussées de fréquence et de longueur variables.

  • La baisse de production des sucs digestifs pancréatiques provoque une insuffisance de digestion des protéines et des graisses, ce qui conduit à une dénutrition avec perte de poids ; la présence de graisses non digérées dans les selles provoque une diarrhée graisseuse.
  • Le diabète apparaît quand les cellules productrices d’insuline sont altérées.
  • Une jaunisse (ictère) peut être observée ; elle est due à la compression du canal drainant la bile (le cholédoque) par le pancréas qui est fibrosé.

Quelles sont les complications ?

La pancréatite chronique évolue par phases : poussées douloureuses, puis complications telles que les kystes pancréatiques (poches contenant du suc pancréatique, pouvant comprimer les organes voisins, s’infecter, se rompre ou saigner). Enfin, la maladie aboutit à la destruction du pancréas engendrant un diabète et une stéatorrhée : c’est l’insuffisance pancréatique.

Comment diagnostique-t-on cette maladie ?

L’échographie, le scanner et l’IRM (voir fiches) permettent de mettre en évidence un changement de volume du pancréas, des kystes ainsi que des modifications au niveau des canaux et des calcifications. Des tests peuvent être réalisés pour rechercher une insuffisance pancréatique (diabète, stéatorrhée).

Quels sont les traitements ?

Le traitement comprend, d’abord, la suppression complète et définitive de l’alcool afin d’empêcher la survenue de poussées douloureuses. Pour traiter les crises douloureuses, au moment de poussées, les médicaments antidouleur sont utiles. En cas d’échec des médicaments, le médecin peut avoir recours à l’injection d’un produit anesthésiant autour du pancréas, sous échographie ou scanner (voir fiches). En cas d’insuffisance pancréatique, on donne des médicaments à base d’enzymes pancréatiques par voie orale. Un diabète sera bien entendu traité. En cas de complications comme les kystes ou les compressions des organes de voisinage (canaux biliaires, duodénum), des traitements par endoscopie ou radiologie peuvent être effectués. Une prise en charge chirurgicale peut être nécessaire lorsque les autres traitements ont échoué ou ne sont pas possibles. Elle permet notamment de traiter le rétrécissement des voies biliaires ou du tube digestif, ou encore d’enlever une partie du pancréas.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.