Le groupe Ramsay Générale de santé

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Rupture du ligament croisé du genou

J’ai une rupture du ligament croisé antérieur du genou

La rupture du ligament croisé antérieur s’observe dans certains sports dans lesquels l’articulation est soumise à des mouvements de rotation. Elle peut être traitée par rééducation ou par chirurgie.

Rupture du ligament croisé du genou

Dans quelles circonstances ce ligament peut-il se rompre ?

Le ligament croisé antérieur au milieu du genou, dans l’interstice séparant fémur et tibia.

Il a une fonction essentielle dans les mouvements de rotation du genou en stabilisant le fémur et le tibia.

En général, sa rupture est due à la pratique de sports « à pivot », comme le football, le volley, le handball, le ski, le tennis, dans lesquels l’articulation doit pivoter. Dans certains mouvements extrêmes, sa fonction de frein est dépassée, et il se rompt.

Quand doit-on penser à cette lésion ?

Le sportif la suspectera s’il a entendu un craquement, ressenti une douleur aiguë, lorsque son genou a subi une torsion et/ou un blocage. Il peut aussi avoir une impression d’instabilité lorsqu’il cherche à se mettre debout, avant que le genou ne se mette à gonfler. Cependant, ces signes ne sont pas toujours présents. Le diagnostic sera confirmé par l’examen clinique, les radiographies (absence de fracture) et l’IRM (visualisation de la rupture ligamentaire et signes associés).

Comment traite-t-on cette rupture ligamentaire ?

Un traitement s’impose, car le ligament rompu ne cicatrise pas naturellement et la rupture ligamentaire risque de favoriser, à terme, l’apparition d’une arthrose.

Il existe deux traitements : la rééducation et la chirurgie.

Quelles sont les indications à suivre pour la rééducation et la chirurgie ?

Poursuivie plusieurs mois en association au port d’une attelle, la rééducation est, souvent proposée aux sportifs amateurs et aux sujets plus âgés. Le plus souvent, la reprise sportive au niveau antérieur est possible après 4 mois.

Plus contraignant, le traitement chirurgical permet la reprise de toutes les activités sportives et représente un traitement définitif. Il est plus volontiers conseillé en cas de persistance d’une instabilité articulaire après rééducation, ainsi que chez les sportifs jeunes ou de haut niveau qui désirent retrouver une stabilité parfaite du genou.

Il ne sera effectué que lorsque le genou sera totalement dégonflé, soit en règle générale 6 à 8 semaines après l’accident, souvent plus rapidement chez le sportif motivé. Le plus fréquemment, il consiste à reconstruire le ligament cassé (l’opération s’appelle une « ligamentoplastie »), en utilisant un transplant (partie du tendon rotulien ou tendons des muscles ischio-jambiers prélevés chez le patient lui-même au cours de la même intervention).

Une rééducation de plusieurs mois sera nécessaire avant de reprendre le sport (délai de 4 mois pour les sports « dans l’axe », et d’au moins 7 mois pour les sports « en rotation »).

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.